accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net
Retour index

Le barrage de Serre-Ponçon et les demoiselles coiffées

 

En visite dans le sud, dans la vallée de l'Ubaye, passage au barrage de serre-ponçon et vue sur les demoiselles coiffées de Theus. La vue de ces deux lieux est assez classique, mais ce qui me surpris cette année là (sept. 2003) au barrage de serre-ponçon c'est de pouvoir apercevoir l'ancien pont qui avait été noyé lors de la réalisation de l'ouvrage. En effet la canicule ayant fortement fait baisser le niveau de l'eau, l'ancien pont était clairement visible.

Désolé pour la qualité médiocre des photos, il s'agit de photos argentiques scannées


Le barrage de Serre-Ponçon

Pour comprendre la photo qui va suivre, il faut remonter à la construction du barrage de Serre-Ponçon à la fin des années 1950.

Affluent du Rhône, le début de la Durance varie en fonction des saisons et fait subir crues ou pénuries aux villes qu'elle dessert.

C'est de cette problématique qu'à la fin du XIXème siècle naissent différents projets, dont un, celui de l'ingénieur Ivan Wilhem pensé en 1895, verra sa mise en oeuvre commencé en 1955 pour s'achever en 1961.

Pour la réalisation de l'oeuvre, on choisit le site de Serre-Ponçon mais il fallait alors déplacer 1500 personnes habitant la région. Les villages de Savines, Ubaye et Rousset sont dynamités et inondés.


L'ancien pont qui traversait la Durance visible au milieu du lac

Quelques chiffres sur Serre-Ponçon (source wikipedia) :
Le barrage en remblai est large de 650 m à sa base. La crête, haute de 123 m, est large de 9,35 m et longue de 600 m. On peut estimer son volume à 14 000 000 m3, dont deux millions pour le noyau étanche. Il est conçu pour résister à une secousse de magnitude 7 sur l'échelle de Richter, et peut évacuer un débit de crue maximal de 3440 m3 par seconde (la crue du 14 juin 1957 culmine à 1700 m3/s).

Le bassin versant du lac est de 3 600 km2 et la capacité maximale de la retenue de 1,272 km3. L'altitude maximale du lac est de 780 m mais elle peut descendre à 722 m à l'étiage.


Les demoiselles coiffées de Pontis

Juillet 2013 - Suite à une remarque d'un internaute, il semble que j'ai confondu les demoiselles de Theus avec celle de Pontis. Ces vieilles photos que j'ai prise sont donc celles de Pontis. Le site est trop loin de mon lieu d'habitation pour que je prenne le temps d'aller revisiter le coin, je corrige et un jour je retournerai sur place pou bien voir la différence entre les deux !!

Cet internaute a également eu a gentillesse de me transmettre une photo des demoiselles de Theus, je complète donc ma page avec celle-ci

Les "demoiselles", également appelées cheminées de fées, sont en réalité de longues colonnes de sol relativement friables au sommet desquelles se tiennent des blocs rocheux posés en équilibre.

Leur forme est dûe à l'érosion sur deux matériaux qui ne réagissent pas de la même manière .

L'une est une roche tendre, l'autre est une roche dure.


Les demoiselles coiffées de Theus

Selon la légende, les demoiselles de Théus, réputées pour leur beauté, se laissèrent aller à une farandole avec leurs grands chapeaux sur la tête. Alors que le douzième coup de minuit résonnait, un hurlement du diable les figea ainsi à jamais.


Merci à M.P. pour cette photo des demoiselles de Theus


Magazine ça m'intéresse, juillet 2013, "Par qui les demoiselles de Theus ont-elles été figées ?"


 


 

Retour index

accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net