accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net
Retour index

Fontaine de Vaucluse

 

La fontaine de Vaucluse se situe dans la ville du même nom.

La fontaine reste un mystère ; voilà ce qu'en dit Frédérique Roger dans son ouvrage "guide des merveilles de la nature" :
Un siècle d'exploration à tenter d'éclaircir son mystère n'aura pas suffi. la première plongée à 6 mètres de profondeur date de 1869 et la dernière, à 308 mètres, de 1985. Qui peut dire où s'arrêt le gouffre ? Le mystère a tellement marqué les esprits que cette vallée close a donné son nom en 1791 à tout le département. Le parcours du réseau souterrain, son écoulement régulier (630 m3 en moyenne : une des plus importantes sources au monde) demeurent une énigme. Le travail n'a certes pas été vain, car on connait désormais l'existence d'une rivière souterraine importante, d'une faille profonde, ainsi que d'une ramification intense sous les plateaux du Vaucluse qui converge vers un point situé au fond du gouffre.

Les eaux qui bondissent à Fontaine-de-Vaucluse, le plus souvent au printemps, proviennent de l'infiltration des eaux de pluie et de la fonte des neiges : du mont Ventoux, des monts du Vaucluse, de la montagne de Lure qui représentent un impluvion de 1100 kilomètres carrés et dont l'unique issue demeure la fontaine. si les crues suscitent l'étonnement, l'écoulement régulier durant les saison sèches reste aussi énigmatique pour les spécialistes.

Désolé pour la qualité médiocre des photos, il s'agit de photos argentiques scannées


Le gouffre

Lorsque j'ai visité le site, je n'ai pas eu la chance de voir le gouffre rempli d'eau, il ressemblait plutôt à un immense puits sans fonds auquel les gens sujets au vertige feraient mieux de ne pas s'approcher.

La photo ci-contre est donc une photo du gouffre et donne une petit idée de sa profondeur. La photo ci-dessous (scan d'une carte postale) montre le gouffre rempli d'eau et le débit d'eau vers la rivière La Sorgue.

Fontaine-de-Vaucluse est ce qu'on appelle une résurgence. A l'origine d'une résurgence, il y a un cours d'eau dont une partie ou la totalité de l'écoulement s'infiltre dans le sous-sol. Le cours d'eau s'infiltre et ressort à l'air libre.


La rivière La Sorgue

Pour se rendre au gouffre, on marche sur un chemin aménagé qui longe la rivière La Sorgue. Les couleurs naturelles sur le trajet sont remarquables.

Petrarque et Laure
Il n'est pas possible de parler de Fontaine-de-Vaucluse sans parler du poête Petrarque et de sa muse Laure.

C’est là que l’éternel amoureux de Laure vint régulièrement écouter « la voix enrouée des eaux ».
Pétrarque est passé à la postérité pour la perfection de sa poésie qui rime son amour pour Laure.

« Laure, célèbre par sa vertu et longuement chantée par mes poèmes, apparut à mes regards pour la première fois au temps de ma jeunesse en fleurs, l’an du Seigneur 1327, le 6 avril, à l’église de Sainte-Claire d’Avignon, dans la matinée. »

Laure de Sade venait d'avoir dix-neuf ans et Pétrarque un coup de foudre. Un évènement banal qui allait pourtant, par la grâce du génie d’un poète, entrer dans l’histoire de la littérature mondiale. Il allait, en effet, la chanter et la célébrer comme jamais aucun poète ne l’avait fait depuis le temps des troubadours.

Fidèle aux règles de l'Amour Courtois, le poète donne peu de renseignements sur Laure. Il précise seulement que sa démarche n'avait rien de mortel, que sa bien-aimée avait la forme d'un ange et que ses paroles avait un autre son que la voix humaine. Il en conclut :
« Moi qui avait au coeur l'étincelle amoureuse, quoi détonnant si je m'enflammais tout à coup. »


Magazine ça m'intéresse, juillet 2013, "comment la fontaine de Vaucluse se remplit-elle ?"

 


 

Retour index

accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net