accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net
Retour index

Le château d'Aguilar

 

Le château d'Aguilar fut édifié au début du XIe siècle par les comtes catalans pour se protéger du comté de Carcassonne. Il est mentionné en 1020 comme étant alors une possession du comte de Fonollède.

À la fin du XIe siècle, cette colline près de Tuchan passe dans le domaine des Termes, vassaux des vicomtes de Carcassonne.

En 1210, pendant la croisade contre les Albigeois, il est occupé par Simon de Montfort, lequel capture Raymond de Termes et le laisse mourir dans un sombre cachot de Carcassonne.

En 1240, Olivier de Termes, seigneur des Corbières, fils de Raymond, participera, aux cotés de Trencavel, vicomte de Carcassonne, aux derniers sursauts de la résistance occitane.

Olivier de Termes va gérer ce bien jusqu'à ce qu'il soit pris par le roi de France Louis IX (Saint Louis) en 1246. Il se soumet au roi en 1247 et recouvre son bien en juillet 1250.

Endetté, il finit par léguer Aguilar au roi de France en 1257, qui en fit un des « cinq fils de Carcassonne » chargés de défendre la nouvelle frontière de 1258 avec le royaume d’Aragon.

Aguilar est en effet devenu un des « cinq fils de Carcassonne », celui qui termine la ligne de défense frontalière du côté oriental et qui commande les voies d'accès en Roussillon.

Qui sont les cinq fils de Carcassonne ?
Après la Croisade contre les Albigeois(*) (1208-1229), le roi de France, Saint Louis, fit renforcer Carcassonne tout en lui assurant une ligne de défense sur la frontière avec le royaume d'Aragon.

C'est ainsi que Puilaurens, Aguilar, Quéribus, Peyrepertuse et Termes formèrent la ligne de défense du sud du royaume : « les 5 fils de Carcassonne ».

En 1659, lorsque Louis XIV signa le Traité des Pyrénées avec le Royaume d’Espagne(traité qui donna le Roussillon à la France), la frontière recula sur la ligne de crête des Pyrénées.

La ligne de défense perdit son intérêt stratégique, jusqu'à, pour certaines de ces forteresses ne devenirent que des abris de bergers ou repères de brigands, mais leurs vestiges dominent toujours le paysage.

 

 

(*) La "croisade des albigeois" est une croisade proclamée par l'Église catholique contre l'hérésie, principalement le catharisme et le valdéisme.
Le catharisme est un mouvement religieux médiéval dont la doctrine considérait l’univers comme la création d’un démiurge issu du principe du Mal et que Dieu, inconnaissable et non accessible, est absent de ce monde.
Le valdéisme, plus proche du christianisme, rejetait, entre autres, le culte romain.

=> Puilaurens
=> Quéribus
=> Peyrepertuse
=> Termes


Bien qu'appartenant à la ligne de défense contre l'Aragon, le site est cependant bien moins favorable à celui des autres châteaux de première ligne qui, eux, profitaient d'escarpements naturels.

La forteresse fut édifiée à un point stratégique, à 231 mètres d'altitude, au sommet d'une hauteur arrondie, sur une colline surplombant la plaine de Tuchan, et surveille l’accès aux Corbières.

Le château fut définitivement abandonné en 1569, nous ne pouvons donc plus voir que les vestiges qui subsistent, notamment les restes de l'imposant donjon et la chapelle romane (en contrebas du château, sur la droite photo ci-dessous).

Les vestiges du château nous permet de reconnaître deux époques: d'abord celle des seigneurs de Termes, le XIIe siècle, avec une enceinte pentagonale, dont la pointe est dirigée du côté le plus favorable à l'attaque. Elle renferme, au nord-est, une tour carrée qui était sans doute le donjon. La deuxième époque est celle de la possession royale. On entoure alors le château primitif d'une enceinte hexagonale, flanquée, à chaque angle, d'une tour semi-circulaire ouverte a la gorge, et pourvue de nombreuses archères à bèche. L'entrée est protégée, à l'extérieur par une barbacane en demi-cercle. Ainsi, la multiplication des dispositifs de défense compense-t-elle les facilités que le site donnait à l'attaque.

 

Source : La carte est issue du "bon guide" des cinq fils de Carcassonne.
Sauf mention contraire, les photos ont été prises par mes soins.

 


 

Retour index

accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net