Retour index
L'observatoire de Flammarion

Suite à la récente lecture d'un article, je mets en ligne les quelques photos prises en 2007 lors d'une visite de l'observatoire Camille Flammarion à Juvisy-sur-Orge dans l'Essonne.

L'article indiquait que 2009 allait être l'année de la "restauration complète de la partie centrale du bâtiment et le retour de la lunette historique de Camille Flammarion dans un écrin d'exception entièrement restitué dans sa configuration initiale".

Article tiré du Parisien (02/01/2009) :
Les amoureux de l’observatoire de Juvisy attendaient ce moment avec impatience. La maison historique de Camille Flammarion, le père de l’astronomie populaire, va enfin être sauvée. Les premiers travaux sur la coupole et l’escalier devraient être lancés au printemps. Le permis de construire a déjà été déposé en mairie par la Société astronomique de France, propriétaire du bâtiment.

Grâce aux subventions enfin obtenues, l’association va rénover la coupole, mangée par la rouille, et consolider l’escalier. Un chantier qui permettra à la lunette astronomique centenaire, déjà partie en rénovation, de réintégrer son dôme. Au-delà de ces travaux, l’observatoire devrait jouer les stars cette année, puisqu’il est l’un des sites français de référence dans le cadre de l’Année mondiale de l’astronomie.

Ce sera peut-être l'occasion de retourner voir ce lieu et de le découvrir sous un meilleur jour, car, excepté le cadran solaire, il ne me reste en mémoire qu'un parc et un bâtiment mal entretenus (faute de moyens semble-t-il).

L’observatoire astronomique de Juvisy-sur-Orge a été fondé en 1883 par l'astronome français Camille Flammarion à partir d'un ancien relais de poste qu'il avait reçu d'un de ses admirateurs.

Sur le portail d'entrée, Camille Flammarion fait inscrire la devise ad veritatem per scientam (vers la vérité à l'aide de la science).

En 1910, il fait construire, au-dessus de la porte d'entrée, un cadran solaire qui sera rénové en 1972 puis 1998.

Description du cadran (source : La commission des cadrans solaires du Quebec)
Le cadran de Juvisy (latitude 48°41'37'') est de type vertical déclinant d'une dimension de 4,5m par 8,5 m. Une courbe de midi moyen (courbe d'équation du temps) donne le temps moyen de Paris à midi. Les courbes de déclinaison, pour les équinoxes et les solstices, sont constituées de points qui marquent le temps de 10 minutes en 10 minutes.

Le cadran solaire original de 1910 indique le temps vrai de Juvisy.

Comme l'homme de la rue ne dispose pas d'une table d'équation du temps, Flammarion a fait inscrire sur la table du cadran des corrections à apporter à l'heure solaire du cadran pour obtenir le temps universel (TU).

Deux restaurations importantes ont été effectuées en 1972 (Note 2) et en 1998 (Note 3). Cette dernière est certainement la plus radicale. Même si elle conserve l'aspect général du cadran, la réimplantation du style change un peu la lecture de l'heure qui ne se fera plus seulement avec l'oeilleton (nodus) mais avec toute la tige.

Le cadran restauré de 1972 montre bien les corrections sur la table: ainsi le 22 décembre, la correction à apporter est de -11 minutes; le 20 mars de -2 minutes; le 21 juin de -8 minutes, et le 23 septembre de -17 minutes.

Pour sa part, la restauration de 1998, en plus de la réimplantation du style, a supprimé des lignes de déclinaison intermédiaires, pour n'en garder que trois: les deux arcs des solstices et la ligne droite des équinoxe.

Pour lire l'heure, on peut se référer au panneau indicatif présent sur le site (personnellement j'ai quand même un peu de mal !!):

Dans un parc vraiment mal entretenu le jour où nous nous y sommes rendus, nous avons quand même pu y découvrir divers "monuments" commémoratifs de la vie de ce lieu très fréquenté pendant près d'un demi-siècle.

La petite grotte ci-dessous marque la séparation entre le bâtiment abritant l'observatoire et le parc boisé.


Dom Pedro II, empereur du Brésil, doyen de règne des souverains de la planète, savant et philosophe est venu visiter Camille Flammarion le 29 juillet 1887 et a planté cet arbre in memoriam

Colonne Gabrielle Camille Flammarion née Renaudot

D'autres articles sur l'obervatoire :
- Le parc
- Société Astronomique de France : Devenez acteur de la naissance de l'Astropole Camille Flammarion

Retour index