accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net
Retour index

Le mont des Avaloirs

 

Depuis la vallée de la Misère à Saint-Léonard-des-bois, toutes les routes semblent vouloir vous conduire au belvédère du Mont des Avaloirs dans la Mayenne à la limite de l'Orne et de la Sarthe.

Impossible de ne pas l'approcher, tous les carrefours de la région, même à plus de 20 km, indiquent la route du belvédère.

Le Mont des Avaloirs serait le point le plus haut de l'ouest de la France, soit 416,23m selon les derniers relevés.

Le belvédère, haut de 17 mètres et de 108 marches, vous donne une vue à 360°C sur les environs.

Il paraîtrait que par beau temps, on pourrait voir jusqu’à 100 km à la ronde et donc apercevoir Le Mont-Saint-Michel.

Le belvédère ci-contre est le troisième construit sur ce site.

Le premier belvédère fut construit en bois en 1914. Un deuxième belvédère, en 1954, vient remplacer le premier détruit pendant la guerre.

La disparition progressive des pâturages a permis aux arbres de coloniser le Mont des Avaloirs. Les arbres ayant grandi, on construira en 1994 le troisième belvédère à 17m au dessus du sol.

Détail de la vue panoramique : au nord-ouest, la forêt de Monaye et le bassin de Pré-en-Pail traversé par la Mayenne, le mont Souprat et la Butte Chaumont, autres sommets du Massif armoricain ; vers l'est, la campagne d' Alençon et le massif de la forêt de Perseigne ; au sud, les Alpes mancelles et la forêt de Pail ; à l'ouest, le pays bocager de Javron.

La légende du Mont des Avaloirs
Ce matin de décembre 1973, les chouans viennent de piller le marché de Pré-en-Pail.

A l'annonce de la terrible nouvelle, le paysan Jules Loisel et sa fille Françoise rebroussent chemin prenant garde d'éviter les scélérats qui les rançonneraient sans hésiter.

En route vers le mont des Avaloirs, ils découvrent un jeune homme blessé. Chouan ou soldat ?

Françoise convainc son père de lui laisser la vie sauve et de le recueillir. Les deux jeunes gens s'éprennent l'un de l'autre, mais à la mort de Jules, le cousin de la jeune fille tue le "chouin" par jalousie.

Folle de douleur, Françoise se rend au Mont des Avaloirs pour n'en jamais revenir.

S'est-elle donnée la mort ? Nul le sait. Depuis, par les nuits froides d'orage, certains affirment l'avoir entendue crier dans la lande des avaloirs ...

Une nuit d'été cependant, un paysan aurait aperçu les deux jeunes gens enlacés, avant qu'ils ne disparaissent dans un immense éclair.

 


 

Retour index

accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net