Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net livre d'or

Milly-la-Forêt - Chapelle Saint-Blaise des Simples

Site officiel de la chapelle : http://www.chapelle-saint-blaise.org/

C'est à Milly-la-Forêt, petite commune de l'Essonne que nous partons à la découverte de la chapelle Saint-Blaise-des-Simples, chapelle dédiée à l'évêque et médecin Blaise de Sébaste.

La chapelle est l'unique vestige d'une maladrerie templière du XIIe siècle, décorée par le poête Jean Cocteau au XXème siècle.

En 1959, Jean Cocteau composa les vitraux et les fresques, peintes à la Chaux, représentant la Résurrection (symbolisée par un chat) et des plantes médicinales, les Simples : la jusquiame, la belladone et la valériane.

Les Simples sont des plantes médicinales (aconit, belladone, menthe, renoncule, valériane...) appelées ainsi car on n'utilisait au départ qu'une seule plante. Ces plantes sont visibles dans le petit jardin entourant la chapelle. Ces plantes étaient à l'époque (XIIème siècle) utilisée pour soulager les souffrances des lépreux.

La légende de Saint-Blaise

Blaise de Sébaste est un saint auxiliaire, qui fut médecin et évêque. Il mourrut en martyr en 316.

Blaise, qui avait étudié la philosophie dans sa jeunesse, était médecin à Sébaste en Arménie, sa ville natale, où "il exerçait son art avec une capacité extraordinaire, une grande bonne volonté et de la piété".

Quand l'évêque de la ville mourut, l'acclamation de tout le peuple le désigna pour lui succéder.

Sa sainteté se manifestait par une foule de miracles : de partout aux environs, les gens venaient à lui pour faire soigner leur âme et leur corps; les animaux sauvages eux-même venaient en troupeaux pour recevoir sa bénédiction.

En 316, Agricola, gouverneur de Cappadoce et de Petite Arménie, arriva à Sébaste sur ordre de l'empereur Licinius pour mettre à mort les Chrétiens et il fit arrêter l'évêque. Comme on le menait en prison, une mère mit à ses pieds son fils unique, qui était en train de mourir par étouffement d'une arête qu'il avait avalée, et l'enfant fut immédiatement guéri. Cependant le gouverneur, incapable de faire renoncer Blaise à sa foi, le fit battre, fit déchirer sa chair avec des peignes en fer et le fit décapiter.

Lors de sa mort, le saint demanda à Dieu que quiconque l'invoquerait pour un mal de gorge ou une autre maladie fût exaucé, et cela lui fut accordé.

Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net livre d'or