Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net livre d'or

Les fonds de Quarreux

A proximité des communes de Nonceveu et Aywaille en Belgique se trouvent les fonds de Quarreux.

Arrivé sur le parking du site, c'est une petite balade de 3 km aller-retour le long des rives de l'Amblève qui nous attend.

Par temps chaud, c'est une promenade très agréable sur les berges, avec possibilité de se baigner (en évitant les pêcheurs). L'eau y est très claire.

Vous commencez d'abord la balade en longeant une rivière plutôt calme, limite semblable à toutes autres. Puis, petit à petit, les rochers qui fond la particularité du site se découvrent.


Une rivière plutôt calme et plate ...

... qui devient cahotique et plus houleuse
D'un coup la présence de ces nombreux rochers dans l'eau peut paraître étrange. Si on s'en limite à la cause géologique il faut juste y voir un lit encombré de gros blocs de roches détachés du massif rocheux environnant.

Mais les légendes sont généralement plus intéressantes que des rochers qui tombent des massifs ! On va y venir, mais avant petit focus sur ces roches.

Toutes les roches de la rivière présentent les mêmes veines blanches caractéristiques du quartz : le quartzite

Un quartzite est une roche siliceuse massive, constituée de cristaux de quartz soudés (les veines blanches ci-dessus).

Les roches qui consituent le lit de la rivière sont en réalité des roches de quartzite. Cette roche très résistante, quasi inaltérable à l'érosion est disséminé dans le lit de la rivière.

En creusant son lit en cet endroit, l'Amblève a érodé le schiste friable et laissé intacts les blocs de quartzite veinés de blanc. La rivière s'écoule de nos jours entre de volumineux blocs de quartzite aux formes arrondies.

La légende du meunier
La légende du meunier des fonds de quarreux s'appuie bien évidemment sur la présence tout à coup étrange de ces roches dans le lit de la rivière.

La légende dit qu’il s’agirait des vestiges d’un moulin que le diable aurait construit pour Hubert Chefneux, un meunier, qui lui avait promis son âme contre le moulin de ses rêves.

Mais, soucieuse de sauver l'âme de son époux, l'épouse se cacha dans le moulin, serrant dans ses mains une médaille de N.D. de Dieupart et pria toute la nuit.

Les roues du moulin refusèrent alors de tourner, et, fou de colère, le diable fit abattre le moulin dont les blocs colossaux dévalèrent la montagne jusqu'au lit de l'Amblève.

Ce serait là, l'origine de ces masses de pierre extrêmement dure qui parsèment la rivière sur près de 1,5km, indifférentes à l'action séculaire des eaux.

Cliquez ici pour lire le texte entier de la légende

Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net livre d'or