Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net livre d'or

L'abbaye de Vauclair (ou Vauclerc)

Premier week-end de l'année où l'hiver permet une petite balade sans se geler ! A force de vous présenter des sites de l'Aisne, vous allez finir par croire que j'habite ce département mais ce n'est pas le cas, ... Bref, direction Bouconville-Vauclair, où se trouvent les ruines de l'abbaye de Vauclair.
C'est un site assez important par sa taille, les ruines sont aujourd'hui bien entretenues.

Le site est connu sous deux appelations écrites distinctes : Vauclair ou Vauclerc. L'écriture Vauclerc n'est plus vraiment usité de nos jours, elle fait référence aux clercs de l'ordre de Citeaux.

Avant de balayer le site ruines par ruines, ci-dessous une vue d'ensemble du site lorsqu'il était en un peu meilleur état (c'est à dire avant l'offensive d'avril 1917).


Auteur du phototype : Repro. AGIR-Pic I. Guérin ;
Source : Patrimoine architectural et mobilier en Picardie.

La fondation de l'abbaye
"Entre les villages de Craonne et de Bouconville, au milieu de la vallée de l’Ailette et sur le bord de cette rivière on voyait, au commencement du XII° siècle, un emplacement entouré de bois et sur lequel s’élevait une petite chapelle desservie par un prêtre. Barthélemy de Jur, évêque de Laon, jugeant ce lieu très propre à la construction d’un monastère, engagea en 1134, ce prêtre à la céder à Saint Bernard avec tous ses droits et ses dépendances. Aussitôt ce dernier y envoya douze religieux de son ordre pour s’y établir. Les premiers bâtiments furent élevés dans une prairie dite le Pré du Moulin. Au XIII° siècle on en construisit d’autres plus vastes sur un terrain peu éloigné. Cette maison eut beaucoup à souffrir en différents temps des malheurs de la guerre."

Le 23 mai 1134, saint Bernard envoie un groupe de moines de sa communauté de Clairvaux vers la nouvelle fondation de la vallée de l'Ailette à laquelle il donne le nom de Vauclair (Vallis clara) qui est celui même de l'abbaye-mère (Clara vallis). La nouvelle maison, considérée comme la 15ème fille de Clairvaux, est, comme l'abbaye mère, située dans une vallée orientée d'Est en Ouest pour rester dans la lumière du soleil toute la journée. L'abbaye de Vauclair prospère rapidement. Plusieurs seigneurs de la région, en particulier Gérard Enfant et Gautier, comte de Roucy, ainsi que sa femme Ermengarde, comptent parmi les bienfaiteurs de l'abbaye naissante.

Site n°2. Restes de l'église paroissiale Saint-Martin
De l'église Saint-Martin, il ne reste que les fondations au ras du sol.

Site n°3. Restes du colombier
Quand on entre sur le site on aperçoit une petite tour en briques rouges. Elle semble être en assez bon état avant qu'on en fasse le tour et qu'on se rend compte qu'il ne subsiste plus que 5 de ses 8 côtés d'origine.

La carte postale ci-dessous donne une idée de du colombier (complétement à gauche) tel qu'il était au début du XXème siècle.

Site n°4. Restes du cellier et bâtiment des convers
Quand on se entre sur le site de l'abbaye, le colombier présenté précedemment se trouve à votre gauche. Quand vous regardez à droite, vous pouvez avoir ue vue des ruines ci-dessous :

Il s'agit des ruines du cellier et bâtiment des convers.

Ce bâtiment en ruines dont vous venez de voir les photos était encore intact avant la première guerre mondiale. Voilà ci-dessous trois cartes postales d'époque qui peuvent vous donner une idée plus précise de ce bâtiment :

Les cartes postales présentent le bâtiment comme "grange", car effectivement au lendemain de la Révolution française, l'abbaye est mise aux enchères et adjugée à très bas prix à un maréchal d'Ardon, le 9 octobre 1791, qui la transforme en exploitation agricole. Elle est classée en 1911 avant d'être réduite à l'état de ruines lors de l'offensive d'avril 1917.

Site n°5. Le cloître
Difficile de vraiment se représenter le cloître lorsqu'on est el sur le site. Il est situé entre le bâtiment des convers et les salles du chapitre et des moines.

La photo ci-dessous est prise depuis le bâtiment des convers vers la salle du chapitre dont on aperçoit les voûtes. L'ancien clôitre serait délimité par les passages en terre.

Site n°6. Eglise originelle du XIIème siècle
De cette partie du site, comme pour l'église paroissiale Saint-Martin, ne subsistent que les fondations au ras du sol. Il s'agirait de la première église cistercienne du temps de Saint-Bernard, construite selon un plan bernardin très rigoureux.


Vue depuis le puits situé à gauche du bâtiment des convers


Vue depuis la croix en fer forgé vers le bâtiment des convers

Sites n°7 et 8. L'église du XIIIème siècle et la croix en fer forgé
L'église du XIIIème siècle était attenante à la salle des chapitres. Comme pour les deux églises précédentes, il ne subsiste que les fondations au ras du sol, notamment les départs des colonnes et de la base d'une chapelle (en arrière plan à gauche sur la photo ci-dessous).

La croix en fer forgé se situe à l'ancien emplacement du maître-autel.

Sites n°9 et 10. Salle du chapitre et salle des moines
Depuis le bâtiment des convers, très belle vue sur la salle du chapitre et la salle des moines.

"La salle du chapitre comporte un véritable portail en tiers-point, à trois voussures reposant sur des colonnettes aux chapiteaux finement sculptés. A droite et à gauche, deux fenêtres identiques possèdent une arcade en plein cintre. Ce mélange harmonieux de formes romanes et gothiques est assez typique de cet art de transition auquel appartiennent beaucoup de constructions cisterciennes de la première moitié du XIIIe siècle. Intacte encore en 1914, cette salle était couverte de six voûtes d'ogives reposant, au centre, sur deux colonnes trapues aux chapiteaux très simples, et, le long des murs, sur d'élégants culots côtelés."


Le passage entre la salle du chapitre (à droite) et la salle des moines (à gauche) avec vue sur le bâtiment des convers.


Les restes de l'ancienne salle des moines


Vue extérieure de l'ancienne salle des moines
(vue de l'arrière gauche, en direction du bâtiment des convers)


Vue extérieure de l'ancienne salle du chapitre

Et pour terminer, deux mêmes vues (à quelques degrés près !) à une époque plus ancienne de la salle du chapitre avec encore une partie supérieure existante.

Site n°1. La porterie
Je n'ai pas trouvé d'intérêt à photographier les deux pierres qui servent d'entrée au site et qui représentent soit-disant l'ancienne porterie. A défaut, voilà une carte postale ancienne qui donne un bien plus bel aspect de cette porterie :

L'étang de Vauclair
Face au site de l'abbaye se trouve un petit étang tranquille duquel parte un ensemble de petites randonnées dans la forêt domaniale de Vauclair.

L'étang est très tranquille, et la petite pierre en bas à droite de la photo m'a fait penser à une tête de serpent.

Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net livre d'or