Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net livre d'or

Mont Granier

Le Mont Granier domine la vallée du Grésivaudan et la combe de Savoie de sa face est, ainsi que la cluse de Chambéry avec sa célèbre face nord

Le 24 novembre 1248, vers minuit, un pan de montagne entier se détachait de l'extrêmité orientale du Mont recouvrant les villages alentour d'un flot de marne et de calcaire.

L'éboulement, estimé à près de 500 millions de m³ sur une zone d'épendage de près de 23 km², ensevelit intégralement cinq communes (Vourey, Saint-André, Granier, Saint-Pérange et Cognin) et en détruisit partiuellement deux autres (Myans et Les Murs). La catastophe aurait coûté la vie à environ un millier de personnes.

Le gigantesque éboulement laissa apparaître une falaise de près de 900 mètres.

La catastrophe s'explique par les pluies abondantes de l'automne 1248, combiné à la particularité du Mont.

Le Granier est en effet une montagne calcaire possèdant de nombreuses failles et un réseau de grottes et de galeries creusées par l'eau. Il y est recensé 341 gouffres de 10 à 560 m de profondeur, correspondant à 66 km de galeries. Le Granier est également entaillé par de nombreuses failles. Ces réseaux constituent le point de faiblesse de la montagne.

Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net livre d'or