accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net
Retour index

Larchant - Basilique Saint-Mathurin

 

SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : France
Département : Seine-et-Marne
Commune : Larchant

Le chapitre
Au Moyen-Age, les chapitres étaient des collèges de clercs dont la mission était de conseiller et d'aider les évêques.

Ils avaient une grande indépendance vis-à-vis de ceux-ci et possédaient souvent de grandes richesses.

A la fin d'une randonnée (tour du golfe de Larchant), petite pause touristique dans la commune de Larchant et les célèbres ruines de sa basilique repérable notamment du haut de Dame Jouanne.

La basilique Saint-Mathurin a été édifiée, à partir de 1175, sous la direction du Chapitre de Notre-Dame-de-Paris, seigneur de Larchant, pour abriter et présenter aux pélerins les reliques de Saint-Mathurin, un saint local du IIIème siècle, que l'on invoquait pour la délivrance des possédés et des fous.

Une fontaine de dévotion est dédiée à Saint-Mathurin dans la forêt.
La vie de Saint-Mathurin
Saint Mathurin naquit à Larchant. Son père s’appelait Marin et sa mère Eufémie. Son père avait été chargé par l’empereur Maximien de persécuter les chrétiens, mais Mathurin avait été instruit dans la religion du Christ par l’évêque Polycarpe. Mathurin fut ordonné prêtre à l’âge de vingt ans.

Or, il advint que Rome fut frappée de maux divers et la fille de l’empereur fut tourmentée par le démon. Les arts magiques ne réussirent pas à délivrer la princesse et le démon lui-même se mit à crier qu’il fallait faire venir de Gaule, pour le chasser, un serviteur du Christ nommé Mathurin.

Les émissaires de l’empereur vinrent chercher Mathurin à Larchant et celui-ci s’en retourna avec eux.

Arrivé à Rome, il guérit les malades qui s’étaient portés à sa rencontre et sauva la fille de l’empereur, Théodora. Mathurin resta trois ans à Rome, accomplissant de nombreux miracles. Il y mourut le jour des Calendes de novembre (le 1er novembre) en demandant que son corps fut ramené dans son village natal.

On oublia la promesse mais le corps de Mathurin remonta de terre. Alors l’empereur donna une escorte et ordonna que le corps de Mathurin soit ramené à Larchant. Sur son tombeau, de nombreux miracles se produisirent et cela fut à l’origine d’un pèlerinage très important au Moyen-Âge.

Incendié pendant les guerres de religion, l'édifice apparait comme une immense ruine où subsistent certaines parties intactes, notamment le Choeur (fin du XIIème), la chapelle de la Vierge (XIVème), le portail du jugement dernier, ...

La tour haute de 50m, en partie écroulée en 1675, continue également de se dresser fièrement.

Un pèlerinage important se développa au Moyen Âge sur le tombeau de saint Mathurin.

Le pèlerinage qui s'est développé est attesté depuis le IXe siècle. À la fin du Xe siècle, la terre du village appartient à un compagnon d'Hugues Capet, Bouchard, comte de Melun, qui en fait don au chapitre de sa cathédrale en 1005. C'est donc le chapitre de Notre-Dame de Paris qui, jusqu'à 1789, possède la seigneurie. Ce dernier s'attache à y développer les pèlerinages en construisant l'église.

En 1324, le pèlerinage était si florissant que les chanoines utilisèrent une partie des offrandes pour subvenir aux besoins des clercs de Notre-Dame de Paris.

Le renom de Larchant se développa au cours du Moyen Âge, et on trouve la mention de Larchant et de saint Mathurin dans plusieurs Chansons de Geste. C’est la foule des pèlerins qui rendit nécessaire la construction de cette grande église. L’apogée du pèlerinage culmina vers la fin du Moyen Âge, à partir du XIIe siècle. On venait demander l’intercession de saint Mathurin pour la guérison des fous et des possédés. L’ancienne route du Midi passait à côté du village et de nombreux pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle s’arrêtaient auprès des reliques du saint.


Le porche de la tour écroulée

Plusieurs rois vinrent également en pèlerinage à Larchant : Charles IV en 1325, Louis XI en 1467, Charles VIII en 1486, François 1er en 1519 et 1541, Henri II en 1551, Henri III en 1587 et Henri IV en 1599.


La tour écroulée, le dernier étage présente des restes d"e style gothique

Le pèlerinage disparut après la Révolution et quelques prêtres et fidèles tentèrent de le faire revivre au début du XXe siècle. La tradition fut reprise après la guerre de 1914 et, de nos jours, le lundi de Pentecôte se déroule une cérémonie pour honorer saint Mathurin.

Détails du porche de la tour

La tour s'est écroulée en 1675. Ne subsistent aujourd'hui que les façades nord et est. Sur le dernier étage on peut encore voir l'appartenance de l'édifice au style gothique.

La tour culmine à 50 mètres, et était autrefois surmontée d'une flèche.

La chapelle de la vierge a été construite au XIVème siècle. Elle abrite un rétable de la fin du XVème siècle ou début du XVIème siècle.


Le rétable de la vierge

L'asbide, construite en 1160, est la partie la plus ancienne de l'église.


L'abside de style gothique primitif


Plan de la basilique

Prière à Saint-Mathurin

Ci-contre, statue en bois fruitier représentant Saint-Mathurin en habits sacerdotaux, tenant l'Evangile dans sa main gauche et levant deux doigts de la main droite, représentation traditionnelle de l'enseignement de la parole.

A ses pieds est agenouillée la princesse Theodora qu'il alla à Rome, selon la légende, délivrer du démon.

Ci-dessous, représentation d'époque de Larchant avec en son centre l'imposante basilique.

 


 

Retour index

accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net