Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net livre d'or

Pont de l'abîme sur le Chéran

SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : France
Département : Morbihan
Commune : Campénéac

Dans la forêt de Brocéliande, le château de Trécesson est une forteresse médiévale entouré d'un étang. Propriété privée, le château ne se visite pas, mais les alentours y sont très plaisants.

"Cet édifice n'a pas cessé, au cours des siècles, de dérouler le fil du mystère entre histoire criminelle et légende populaire."

Le château que l'on peut voir date du XVème siècle, mais il est déjà fait mention d'une demeure seigneuriale dès le VIIIème siècle. La famille de Trécesson est connue depuis le XIIIème siècle et son premier représentant connu fut le chevalier Jean de Trécesson dont le petit-fils fut connétable de Bretagne au XIVème siècle.

Les légendes :

  • La légende de la dame blanche, "la mariée de Trécesson"
    Un braconnier, qui se trouvait dans le parc du château pour y traquer sa proie, vit arriver une voiture attelée de chevaux noirs. Des hommes en descendirent et se mirent à creuser une fosse. Puis ils extirpèrent du carrosse une jeune femme richement parée et la tête couronnée de fleurs qui avait tout l'air d'être en tenue de mariée. Malgré ses supplications et ses larmes, ils l'enterrèrent vivante avant de repartir. Epouvanté, le braconnier courut alerter le châtelain qui, avec ses hommes, se rendit auprès de la fosse afin d'en extraire la jeune femme. Hélas, il était trop tard, et celle-ci expira à peine l'eut-on sortie de terre. Après avoir mené une enquête qui se révéla infuctueuse, le seigneur fit exposer dans la chapelle de son château lma robe et le bouquet de fleurs nuptial de la belle inconnue. Les gens du voisinage racontent que, depuis lors, une dame blanche s'en vient parfois hanter le domaine à la tombée du jour.
    Lien : La légende de la dame de Trécesson

  • La légende des joueurs fantômes
    Une chambre du deuxième étage, isolée au bout d'un couloir, était, disait-on hantée. Par bravade, un invité voulut y dormir. Il lui fut impossible de trouver le sommeil : l'orage se déchaînait à l'extérieur et grondait jusque dans les vastes cheminées. Vers minuit, s'ouvrit une porte jusque-là invisible. Deux valets pénètrèrent dans la chambre. Ils posèrent une table de jeu puis cèdèrent la place à deux gentilshommes. Les joueurs s'installèrent et entamèrent une partie de cartes. L'invité tremblant brandit un pistolet et tira mais les balles furent sans effet. Le jeu dura toute la nuit. Notre invité finit par s'endormir. Au réveil, les gentilshommes avaient disparu. Mais sur la table était resté une respectable pile de louis d'or.

  • La légende du manoir du pied d'Anon
    La troisième légende fait la part belle également au jeu de cartes. Dans les salons de Versailles, le jeune marquis de Trécesson avait tout perdu au jeu. Plus d'argent, plus de métairies, plus de château : il ne lui restait plus qu'à se brûler la cervelle quand, Firmin, son valet de chambre lui souffla : "Monseigneur oublie qu'il lui reste son manoir du Pied d'Anon". De manoir, il ne s'agissait en fait que d'une cabane en bois accrochée à un gros bloc granitique. "Parbleu ! s'écrie le gentilhomme, j'oubliais ce Pied d'Anon. Je vous le joue". Il joua. Gagna. Continua à jouer. Et regagna tout ce qu'il avait perdu.

  • Retour index
    accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net livre d'or