Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net

Abbaye de Hambye

SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : France
Département : Manche
Commune : Hambye

Superbe journée ensoleillée dans la Manche, direction Hambye pour la découverte des ruines de l'église abbatiale. Egalement à découvrir avec quelques euros de plus : la salle capitulaire, le scriptorium, le parloir, la sacristie et les cuisines.

Un peu d'histoire
L'abbaye Notre-Dame de Hambye a été fondée vers 1147 par Guillaume Paisnel, seigneur de Hambye, sur les bords de la Sienne.

Peuplée par des « moines gris », des moines bénédictins venus de la congrégation de Tiron dans le Perche, Notre-Dame de Hambye connaît une période florissante jusqu'au XIVème siècle en bénéficiant de la protection de la noblesse normande et anglaise.

La seigneurie de Hambye est transmise au siècle suivant par Jeanne Paynel à son mari, Louis d’Estouteville, glorieux défenseur du Mont Saint-Michel. Elle passe ensuite aux Orléans-Longueville, puis aux Matignon-Grimaldi, princes de Monaco. Tombée en décadence à partir du XVe, soumise au régime de la Commende en 1548, la communauté monastique s’éteint en 1784.

A la Révolution, les bâtiments conventuels sont reconvertis en bâtiments agricoles. En 1810, sur décret impérial, l'abbatiale est vendue et sert, avec le cloître, de carrière de pierre.

Après avoir été classé monument historique en 1900, elle est partagée entre deux propriétaires. En 1956, M. et Mme Beck achètent les bâtiments monastiques et entreprennent leur restauration qui continue encore à ce jour. En 1964, les élus du Conseil général de la Manche votent l’acquisition du reste de l’abbaye : l’église en ruine, la porterie et la maison des frères convers. Divers travaux de restauration se succèdent pour lui rendre sa beauté. Le réfectoire des moines et le cloître ont disparu.

La visite de l'abbaye
Avec le petit guide fourni à l'entrée, la visite commence par la porterie, puis l'église abbatiale avec sa nef, sa tour, son transept et le choeur, puis le bâtiment des frères convers contenant une exposition permanente : "« De la prière aux champs, la vie économique d'une abbaye médiévale ».

La visite se poursuit avec guide dans la partie privée (résidence de la famille Beck) : cuisines, chapitre, ...


Plan reconstitué de l'abbaye d'Hambye
Les n°8, 9 et 11 n'existent plus de nos jours

Et il est possible de terminer avec le verger hébergeant la reconstitution d'une grue médiévale.

La porterie
La porterie correspond à l'entrée du monastère. L'écusson des Paisnel est toujours présent sur le fronton au dessus de la porte. Aujourd'hui, la porterie fait office d'accueil pour la visite de l'abbaye.

L'étage abrite la cellule du frère portier.


Vue de l'église abbatiale, vers le choeur

L'église abbatiale


En forme de croix latine, l'église abbatialle dispose de cinq chapelles autour du choeur. La nef était longue à l'origine de 25 mètres et comptait quatre travées.

Elle est pourvue de hautes colonnes, dont deux ont été remplacées pour combler l'absence de celles démontées comme carrières de pierre.


Au niveau du transept, on trouve une chapelle dédiée à Saint-Michel.

En son centre, on trouve une tour carrée qui mesurait 30 mètres à l'origine et qui servait de clocher.

On peut apercevoir en levant la tête une des rares ornementations de l'église abbatiale : un cul-de-lampe figurant un visage, dit "moine-chantant"

Trois des colonnes qui entouraient le choeur portent les inscriptions Liberté - Egalité - Fraternité.

Les différentes colonnes présentent beaucoup de "signatures" de visiteurs passées.

Du côté du choeur, se trouvent les tombes de Louis d'Estouteville, défenseur du Mont Saint Michel et de sa femme Jeanne Paisnel, descendante du fondateur de l'église abbatiale.


Le bâtiment des frères convers

"Construit parallèlement à celui des moines et destiné aux frères convers, ce bâtiment fut transformé à partir du XVIème siècle en logis abbatial pour l'abbé commendataire. Sa façade très remaniée au XVIIIème siècle garde une très belle porte en plein cintre à double archivolte qui s'ouvrait sur un couloir permettant l'accès au cloître."

Au rez-de-chaussée se trouvait le réfectoire des convers, et à l'étage leur dortoir. C'est à l'étage que se trouve l'exposition permanente sur la vie économique des abbayes au Moyen-âge.

La cuisine

Le chauffoir

"Le chauffoir servait au travail intellectuel des moines. C’était donc un scriptorium. La cheminée qui s’y trouve était essentielle pour protéger les livres de l’humidité, empêcher l’encre de glacer et éviter que les doigts des scripts ne gèlent.

Cette pièce a par la suite servi de salle à manger, après que le réfectoire se soit effondré. Vous y trouverez donc un lutrin double face, qui servait au moine lecteur à poser ses textes religieux pour la lecture pendant le repas. Un « potager » est également présent et il servait de chauffe-plat en y déposant des braises de la cheminée."(@L'internaute)

Le parloir

"Le parloir, qui servait également de chapelle ardente, était le lieu où l’on veillait et préparait les morts, avant de les enterrer sous le cloître. Les voûtes en arrête sont couvertes de peintures datant du XIIIe siècle. Celles-ci représentent des fleurs de Lys, qui symbolisent la vierge, la pureté, et des fleurs à cinq pétales." (@L'internaute)

Dans la pièce on trouve une statue en bois de la Vierge Marie tenant en ses bras Jésus. Il s'agit d'une statue du XVème siècle qui n'est pas originaire de l'abbaye, mais un don.


Sculpture de la vierge Marie

Au dessus la statue le décor est à fleur de lys. On l'attribue plus à la représentation de la vierge qu'à la royauté.

La salle capitulaire

"La salle du chapitre, aussi appelée salle capitulaire, est la pièce la plus remarquable de cette abbaye. Elle date du début du XIIIe siècle et est de style gothique, avec ses voûtes sur croisées d’ogives. La double entrée de cette salle ouvre sur une double nef.

Les murs de la salle du chapitre étaient décorés de peintures, dont il reste quelques traces. Vous pourrez ainsi observer une scène du lavement des pieds d’un apôtre par le Christ, qui date du XIIIe siècle."(@ L'internaute)

Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net