Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net

Les fours à chaux du Rey

Un ensemble exceptionnel de l'architecture industrielle du milieu du XIXème siècle.

Le site des fours à chaux du Rey se compose d'un musée et des vestiges des anciens fours à chaux de Regneville sur Mer.

Le musée expose les techniques de production de la chaux ainsi qu'un ensemble d'éléments sur l'histoire maritime de la région.

SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : France
Département : Manche
Commune : Régneville-sur-Mer

Imposant ensemble de 4 fours à chaux aux allures de château-fort, construit au milieu du XIXème siècle. Le calcaire extrait sur place y était calciné pour obtenir la chaux destinée essentiellement à l'agriculture.

Les fours à chaux du Rey ont été construits entre 1852 et 1854 et ont servi une trentaine d'années.

Ils ont été établis sur la base d'un brevet déposé par l'ingénieur nantais Pierre Simoneau. L'originalité du procédé Simoneau résidait dans la présence d'un niveau de foyers intermédiaires qui permettent de cuire la chaux avec des fagots d'ajoncs ou de bruyères.

La chaux
La chaux est un matériau depuis l'Antiquité, s'utilisant :
- comme mortier dans le bâtiment
- comme élément de l'agriculture corrigeant l'acidité des sols
- dans la sidérurgie
- dans le traitement des eaux
- en papeterie
- dans l'industrie sucrière
etc ...

La chaux est obtenue par la calcination du calcaire à une température d'environ 1000°C.

Le calcaire perd son gaz carbonique pendant la cuisson pour se transformer en chaux vive. Elle doit être hydratée pour être utilisée (on parle alors de chaux éteinte). En captant le gaz carbonique de l'air, la chaux redevient calcaire (principe du mortier).


© Musée maritime de Régneville sur mer

Les quatre fours mesurent 12 mètres de hauteur.

Il s'agit de fours à feu continu, c'est à dire qu'ils fonctionnent en permanence. Ces grands fours utilisaient indifféremment le bois et le charbon.

Ils pouvaient produire jusqu'à 100 tonnes de chaux par jour.

Il faut environ 48 heures pour que les blocs de pierre se transforment en blocs de chaux.

Par le gueulard, l'ouverture située en haut, les chaufourniers chargent le four en alternant des couches de calcaire (de la pierre à chaux), extrait des carrières locales, et des couches de charbon, arrivé par bateaux du Pays de Galles.

La pierre à chaux locale était embarquée pour la Bretagne ou les îles anglo-normandes.

La chaux fabriquée à Régneville-sur-Mer était utilisée pour l’amendement des sols agricoles, c'est-à-dire pour en corriger l’acidité et en améliorer les qualités.


Calcaire de Montmartin

Pour obtenir la chaux, il fallait procéder à l’extraction de roches calcaires affleurant dans le secteur de Montmartin-Sur-Mer puis les transporter par voitures à cheval jusqu’aux fours, avec passage obligatoire à la pesée.


La pesée



Un four à chaux traditionnel est une construction sur plan circulaire et de volume tronconique souvent aménagée au pied d'une déclivité pour permettre le chargement dans la partie haute.

Les parois internes de la cuve sont revêtues de matériaux réfractaires.

Dans la partie centrale, le chaufournier ménage un espace circulaire, la chambre de chauffe, autour de laquelle il empile les moellons calcaires. L'empilement des pierres va se poursuivre jusqu'au sommet.

Le chaufournier allume et entretient le feu au sein de la chambre de chauffe avec des fagoits ou des bourrées d'ajoncs. La cuisson dite intermittente et à longues flammes peut durer sept jours.

Les pierres calcaires sont alors transformées en chaux par la cuisson.


Chaque four fait apparaître trois niveaux : le niveau supérieur ou gueulard, le niveau inférieur ou espace de déchargement, et un niveau intermédiaire, situé au tiers inférieur du four et souligné deux mètres plus haut par le passage du plan carré de la base au plan circulaire des cheminées.

La chambre de surveillance qui s' y trouve communique avec l'intérieur du four par deux galeries-conduits équipées de foyers secondaires permettant de brûler l' ajonc.

Les fours à chaux du Régneville employaient vers 1855 :
- 16 chaufourniers
- 8 manoeuvres
- 2 commis
- 2 employés à la bascule
- 1 garde de nuit


La carrière de calcaire

Les calcaires sont des roches sédimentaires qui contiennent au moins 50% de minéraux du groupe des carbonates, essentiellement du carbonate de calcium (CaCO³) sous forme de calcite ou d'aragonite. Ces roches sont parfois accompagnées d'un peu carbonate double de calcium et de magnésium (la dolomite) ou de carbonate de fer (la sidérite).

Les calcaires sont extrêmement variés. Ils s'organisent soit en couches superposées d'épaisseur variable alternant ou non avec des marnes ou des argiles (calcaires lités), soit en masses non stratifiées (calcaires massifs).

Dans la plupart des cas, ils ont une origine biologique : ils sont formés par l'accumulation de squelettes ou de coquilles d'organismes visibles ou non à l'oeil ; dans d'autres cas, plus rares, ils résultent de précipitations chimiques ou biochimiques.


Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net