accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net
Retour index

Ile d'Oleron - Le phare de Chassiron

SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : France
Département : Charente-Maritime
Commune : Saint-Denis d'Oleron
Du parking à l'extérmité de l'île, un parcours balisé nous mène au phare de Chassiron, très bien documenté.

Situé à l'extrémité nord de l'île d'Oleron, le phare actuel date de 1836.

Un premier phare avait été construit en 1653 sur ordre de Colbert, suite aux naufrages de vaisseaux royaux sur la pointe de Chassiron.

Les phares de Chassiron et des baleines (Ile de Ré) vont ainsi baliser l'entrée du pertuis d'antioche, sécurisant le passage maritime pour rejoindre le port et l'arsenal de Rochefort.

Le phare d'origine était blanc. C'est en 1926, afin de rendre le phare encore plus visible par mauvais temps le jour que furent peintes 3 bandes noires de 6 mètres de hauteur sur le fût.

Cette action permis de le distinguer du phare des baleines également blanc.

Au phare, est ajouté un sémaphore. En 1880, suite au développement du trafic maritime et au recul de la falaise, un terrain est acheté pour construire un nouveau sémaphore amené à devenir "les yeux du commandement" sur la pointe de Chassiron

La Tour Colbert, premier phare de l'île, fut édifiée en 1685. D'une hauteur de 33m, la tour présentait deux foyers de hauteur différente, alimentés en bois toute la nuit. .

En 1778, la tour se dote d'une nouvelle lanterne comportant 16 lampes brûlant une huile à base de blanc de baleine, d'huiles de colza et d'olives.

Le trafic maritime qui se développe autour de la Rochelle exige une signalisation que la tour à feux n'apporte plus.

L'édification d'un phare moderne est alors décidé. Après trois ans de travaux, le nouveau phare est allumé le 1er décembre 1836.

Il pointe à une hauteur de 43 mètres du sol (224 marches) et sa lanterne à 50 m au dessus de la mer peut se voir jusqu'à 19 miles (35 km) de jour et à 38 miles de nuit (40 km).

Le foyer était alors composé d'une lampe à 6 mèches fonctionnant à l'huile de colza.

En 1891, une nouvelle optique, mis au point par l'ingénieur Fresnel, sera installée au phare. La rotation de cette lanterne "flottant" sur une cuve à mercure est assurée grâce à un système d'horlogerie entraîné par un contrepoids descendant dans le fût du phare. Sa vitesse d'un tour toutes les 80 secondes permet ainsi de créer grâce aux 8 panneaux lenticulaires un feu à éclats toutes les 10 secondes. Ce principe est toujours celui en vigueur.

En 1895, le système de combustion à mèches est remplacé par des brûleurs à incandescence utilisant du gaz d'huile de pétrole comprimé.

En 1902, on passera à un système fonctionnant au gaz d'acétylène.

En 1930, l'électrification du phare a lieu. Côté mer, la navigation est mieux sécurisé grâce à une ampoule électrique (40 cm de hauteur, 2400 watts) rendant le phare visible jusqu'à 52 km par temps clair.

Le phare possède un escalier en colimaçon de 224 marches d'où l'on peut admirer un superbe paysage par temps clair.

Le jardin est en forme de rose des vents.

 


 

Retour index

accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net