Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net

Preaux-Saint-Sebastien - l'église

SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : France
Département : Calvados
Commune : Preaux-St-Sebastien

Ouverture exceptionnelle de l'église à l'occasion des journées du patrimoine.

Un petit document sur l'historique de l'église était présent sur les lieux, ce qui permet de vous donner un court historique sur cette église, ceci faisant défaut sur internet.

Saint-Sébastien & Saint-Fabien
Saint-Sébastien, né à Narbonne vers l'an 250, martyrisé à Rome en 288. Chef d'une cohorte prétorienne (à la garde de l'empereur). Il est dénoncé comme chrétien, fut percé de flèches, et laissé pour mort. Rappelé à la vie, il alla se placer sur le chemin de l'Empereur, auquel il reprocha sa cruauté. Arrêté de nouveau, il fut battu à coups de bâton, de fouet, etc ...jusqu'à ce qu'il expira sous les coups.

Fabien est évêque de Rome du 10 janvier 236 au 20 janvier 250. Il est le vingtième dans la liste des papes. Fabien est considéré comme l'apôtre des Gaules, où il envoie sept évêques missionnaires. À la fin de 249 le nouvel empereur Dèce déclenche une des plus violentes persécutions contre les chrétiens. Au début de l'année 250, le 20 janvier, Fabien est torturé puis décapité.

Seule église des diocèses de Lisieux et Bayeux dédiée à Saint-Sébastien, autrefois sous le double vocable de Saint-Fabien et Saint-Sébastien fêtés le même jour le 20 janvier, seul le dernier prévalut au XVIème siècle en raison de la recrudescence des épidémies.

Martyrisé deux fois, Saint-Sébastien était invoqué pour protéger contre la peste et les maladies contagieuses. Saint Sébastien est le patron des archers. Il est le troisième saint patron de Rome, avec Pierre et Paul.

Le chevet extérieur de l'église date du XIIème siècle, la nef du XV/XVIème siècle, la sacristie du XVIIème siècle.

L'intérieur de l'église présente des éléments décoratifs des XVIIe et XVIIIe siècles.

Au fond, le rétable, se présentant comme un tryptique, est occupé par des toiles représentant : au centre, l'adoration des mages, sur les côtés Saint Roch et Saint Fabien.


A gauche, Saint Roch; au centre, l'Adoration des mages ; A droite : Saint Fabien


Vue intérieure de l'église

Au fond, le rétable. Les autels latéraux, du même style que le rétable, sont dédiés à la Vierge et à Saint Sébastien.


La crucifixion et le jugement dernier

La poutre de gloire porte la crucifixion du Christ surmonté d'une peinture représentant le jugement dernier, avec l'inscription "Fait en l'an 1627 12 novembre"

Dans le choeur, sont exposés une châsse et le chef en bois doiré de Saint Sébastien qui contiennent des reliques.


Les reliques


Vue extérieure de l'église, depuis le cimetière


Les vitraux de l'église retraçant la vie de Saint Sébastien

Saint Sébastien est un Gaulois né à Narbonne, élevé à Milan dans la foi chrétienne.


À Rome, il est pris en affection par les empereurs Dioclétien et Maximien Hercule qui le nomment capitaine de la garde prétorienne, ignorant qu'il est chrétien.

On rapporte que Sébastien encouragea dans leur foi et au glorieux martyre deux prisonniers chrétiens, les frères Marc et Marcellin, alors que leur famille les implorait de renoncer au Christ.

En rendant miraculeusement la parole à une femme, Zoé, il convertit aussitôt 77 personnes présentes.

En l'apprenant, Dioclétien reprocha à Sébastien sa traîtrise et donna à ses soldats l'ordre de l'exécuter en le transperçant de flèches.

« Et les archers le frappèrent jusqu'à ce qu'il soit recouvert de flèches comme un hérisson est couvert d'épines ».

Selon la légende, les archers, qui avaient beaucoup d'estime pour leur chef, auraient évité de viser le cœur, si bien que Sébastien ne succomba pas à ses blessures.

Après le supplice, Irène, une veuve pieuse, va prendre le corps pour l’ensevelir, mais constatant qu’il est encore vivant, le ramène chez elle pour le soigner.

Rapidement rétabli, il se rendit auprès de l'empereur Dioclétien afin de lui prouver que ce sont les prêtres païens qui accusent à tord les chrétiens et pour lui reprocher sa cruauté à l'égard des chrétiens.

Dioclétien passa de la stupéfaction de revoir le jeune homme vivant, à la fureur contre le jeune officier. Arrêté, Dioclétien ordonna que Sébastien soit battu à mort

Dioclétien le fit alors rouer de coups jusqu'à la mort et ordonna que son corps soit jeté dans les égouts de Rome.

Guidés par une vision de sainte Lucine, les chrétiens purent cependant retrouver son corps et l'ensevelirent auprès des ossements des apôtres Pierre et Paul.

Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net