Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net

Beaurevoir - la tour Jeanne d'Arc

A beaurevoir dans l'Aisne, subsiste au milieu d'un champ agricole une tour sur une petite motte de terre et qui serait l'un des restes de l'ancien château de Beaurevoir. Il s'agirait d'une ancienne tour du guet du château, transformée en moulin puis abandonnée.

Une tour de guet du château a été épargnée, et ses ruines attirent les regards à environ cinq cents mètres vers le Sud, sur une éminence. Transformée en moulin à vent, elle devait encore être imposante lorsque Charles Gomart la décrivait en 1865 : "Cette tour qui a été convertie depuis longtemps en moulin à vent, existe encore ... On y entrait par une poterne dont le seuil était assez élevé pour qu’il fallut un escalier volant ou une échelle pour y monter. Le parapet est garni d‘une couronne de machicoulis, creux intérieurement, par lesquels les assiégés pouvaient jeter, à couvert, des projectiles ou des liquides sur les assaillants".

Dans un autre ouvrage (Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications dp Moyen Age), cette tour est qualifiée de "donjon cylindrique sur motte" ; il y est précisé que ses machicoulis étaient sur console, comme ceux de Château-Gaillard.


Façade avant

Cette tour serait donc l'un des derniers vestiges de l'ancien château de Beaurevoir. On trouve assez peu d'informations sur le net, si ce n'est qu'il fut construit vers 1310 et que ce fut un château très puissant au XVème siècle. Il fut démantelé en 1674 sur ordre de Louis XIV, et la Révolution semble avoir finalisée sa destruction.


Façade arrrière

Rapport à une carte postale (ci-dessous) datant d'il y a plusieurs dizaines d'années maintenant, on peut constater sur place que la tour se dégrade peu à peu chaque année.

Déjà bien éventrée à l'époque, c'est maintenant du ciment et des parpaings qui consolident l'ensemble. On notera malgré tout la présence d'un toit, peut être une envie de sauver cette tour.

==> La tour de Beaurevoir, une restauration ?

Je trouve plus jolie la tour en l'état de ruine "naturelle", mais je présume que des parpaings sont un meilleur compromis pour espérer la voir encore dans plusieurs dizaines d'années.

Si cette tour présente peu d'intérêt en soi, elle rappelle malgré tout un pan de l'histoire de France puisque c'est à Beaurevoir, et dans ce château plus précisément, que fut retenue captive Jeanne d'Arc avant d'être livré aux anglais.

Jeanne d'Arc, prisonnière du comte Jean de Luxembourg, fut transférée du château de Beaulieu au château de Beaurevoir, où elle y resta prisonnière du 10 juillet au 9 novembre 1430.

C'est à Beaurevoir que l'on a également tracé une des tentatives d'évasion de la pucelle, tentative d'évasion que l'on chercha à qualifier de suicide lors de son procès.

Jeanne d’Arc et le « saut de Beaurevoir »

Tenu au courant des pourparlers qui la conduiraient à être vendue aux anglais, Jeanne pria et, malgré la prudence que lui conseillait ses Voix, décida de s'enfuir.

Jeanne « quant elle sceut les Anglois venir, elle fut moult courroucee et enfin pour la doubte des Anglois, sailli et se commanda a Dieu et a nostre Dame » Jeanne a donc délibérément accepté de sauter du dernier étage d'une tour d'angle, haute d'environ 30 mètres, où elle était cloîtrée. Jeanne sauta en se recommandant à Sainte Catherine, mais tomba lourdement dans le fossé. A moitié évanouie, elle ne put fuir et les gardes accoururent pour la porter à nouveau dans sa cellule. Elle dira plus tard à ses geoliers : « je le faisois non en esperance de moy deesperer, mais en esperance de sauver mon corps et de aller secourir plusieurs bonnes gens ».

Lors de son procès en 1431 on tenta de retenir de cet épisode une tentative de suicide et non de fuite, mais afin d'éviter toute interprétation d'une intervention divine qui aurait pu changer le cours du procès, le suicide ne fut pas retenu. On disposait en effet à Rouen de reliques venues directement du tombeau de la sainte dont la réputation était grande dans la ville même et dont chacun connaissant l’étymologie populaire de son nom de Catena la chaîne, "celle qui délivre les gens aux fers". Outragée la sainte n'aurait pas aidé les anglais lors du procès.

En effet Jeanne acceptant d’assumer d’avoir enfreint délibérément les « mandements » de ses conseils, la nécessité étant trop forte, les saintes Catherine et Marguerite, sensibles à son acte, non de se s’évader pour elle-même, mais pour aller secourir les gens, l'aidèrent à guérir de ses blessures et à accepter son sort. Le Procès se contentera donc d'exprimer l'intervention des saintes d'une formulation plus ou moins ambiguë « elles lui secoururent sa vie et la gardèrent de se tuer ».



Localisation de la tour

La tour se situe près du centre de Beaurevoir. Bien que peu "imposante", la ruine est indiquée sur la cartes IGN, mais il ne vous faudra pas hésiter à prendre les chemins agricoles pour en faire le tour.

Si vous êtes dans le coin, prenez également temps d'aller décourvir la Source de l'Escaut.

Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net