Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net

Saint-Quentin - la basilique

C'est un arrêt sur le chemin du retour du Luxembourg qui me conduit à visiter cette basilique. Il semble que la ville abrite d'autres monuments et curiosités, mais le temps était très très pluvieux, je verrais donc le reste de la ville lors d'un autre périple.

Plusieurs curiosités à découvrir à l'intérieur de la basilique Saint Quentin, notamment le labyrinthe et des niches à dynamites.

Cette basilique qui trône sur une importance place de la ville est dédiée, comme le nom de la ville, à St Quentin.

"Cet ensemble complexe, original et fascinant, appartient tout entier au gothique dont il réunit toutes les évolutions. Il est lié à l'histoire de la dévotion à Saint Quentin, dont il contient les reliques."

Construite à partir de 1170 pour être collégiale, elle obtiendra le statut de basilique en 1876.

Par l'entrée latérale, la première chose que vous découvrirez est la présence d'un labyrinthe au sol. Très difficile à photographier sans possibilités d'élévation :-(

Comme quelques très rares édifices religieux en France, St Quentin possède en effet un labyrinthe pavé.


Le labyrinthe

L'existence d'un labyrinthe dans les édifices religieux serait pour chasser les démons. En effet, ceux-ci seraient toujours situés du côté ouest, là où le soleil disparait, donc là où apparait la mort et les démons. Les démons ne pouvant se déplacer qu'en ligne droite était alors piégée par ces labyrinthes.

La mouvance religieuse veut que le centre de ces labyrinthes représentent le paradis, et donc les pénitents devaient suivre, si possible à genoux, le dédale pour arriver au centre. Sur le principe peu de ces labyrinthes disposaient d'embranchements ou de culs de sac, il suffisait donc juste d'être persévérant. Ils sont courrament nommés labyrinthes déambulatoires, c'est le cas pour celui de la basilique de Saint Quentin.

En le déroulant, le pélerin devait donc réaliser 260 mètres à genou.


Vue en profondeur : la rose, le labyrinthe, la nef et le choeur

L'édifice est long de 123 mètres.


"Ce buffet d'orgue baroque datant des années 1690 n'a pas d'équivalent en France par sa monumentalité, la composition de sa façade et son riche décor sculpté reposant sur des anges, des trophées d'instruments de musique et un relief circulaire grandiose représentant le ravissement au ciel de l'âme de Saint Quentin."

Autres curiosités de la cathédrale : la présence de plusieurs niches. Ne pas croire qu'il s'agit de niches naturelles faites pour y insérer ue vierge marie ou un saint quelconque. Non, celles-ci sont un souvenir des allemands lors de la première guerre mondiale.


Une cavité creusée dans un pilier

En novembre 1918, les allemands vaincus, avant de quitter la région, ont miné et fait sauter les châteaux des environs avec des dispositifs à retardement. Dans la basilique déjà fortement endommagée par les bombardements de 1917, les allemands percèrent 94 cavités dans les gros piliers et les garnirent de mines qui devaient exploser après le départ des allemands. Un capitaine allemand du génie, de la 34ème division, avait été laissé en arrière afin d'accomplir l'infernale besogne, mais il fut arrêté à temps."


L'arbre de Jessé
"Un rejeton sortira du tronc de Jessé et une fleur croîtra de sa racine, et, sur cette fleur reposera l'esprit de Dieu"

La basilique héberge un arbre de Jessé (ou plus simplement arbre généalogique du Christ).

Ici, l'arbre prend ses racines dans le corps du patriarche endormi et porte sur ses rameaux les personnages royaux de la famille de David (la lignée des rois de Juda). Au sommet, le Christ en croix, représentation unique parmi les arbres de Jessé.

Sous le patriarche endormi, nous retrouvons Adam & Eve cachant leur nudité : le péché originel a donc déjà été commis !


Saint Quentin et Saint Louis

Saint Louis, roi de France, de justice et de paix, assista, en 1257, à la translation des reliques de St Quentin, martyrisé pour avoir annoncé l'Evangile.


Le chef et la main de Saint Quentin


Le reliquaire

La croisée du transept


Une clef de voûte


Le transept sud
"Le transept sud. Un portail aujourd'hui condamné, ouvrait sur le cloître de la collégiale. On y a placé en 1876 les statues en terre cuite des dix saints patrons des anciennes paroisses de la ville en 1214."


Les Saints Catherine, Remy, Thomas, (Jacques), ND de Gréance, Quentin, André, Pécinne, Nicaise, Marguerite


Couloir du choeur


Une frise, tout autour du choeur raconte l'histoire de Saint Quentin


Une chapelle


Vue de l'église prise depuis l'autel

Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net