accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net
Retour index

Cramenil, pierre affiloire de gargantua

SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : France
Département : Orne
Commune : Craménil

Pierre haute de 3,30m, perdue en plein milieu d'un champ.

La saison n'était pas encore aux vaches dans les champs, du coup, j'ai peut être fait une violation de propriété (?), mais il aurait été dommage de ne le voir que de la route. Et j'ai eu raison, la vue à proximité est bien différente de ce qu'on peut voir de la route.


N'oubliez pas votre téléobjectif si vous ne pouvez pas traverser le champ ...
Pour ceux qui ont un doute, le menhir est en plein centre de cette photo

La pierre présente 4 faces, mais terrain très très humide autour de la pierre, donc impossible d'en faire facilement le tour. Je me suis d'ailleurs demandée s'il ne s'agissait pas du petit ruisseau mentionné dans la légende.


Un peu plus près, la pierre de Gargantua
Sous le bosquet, vous aurez les pieds dans l'eau

Ce mégalithe porte le nom de pierre de Gargantua, ou affiloir de Gargantua.

Gargantua aurait-il encore laissé traîner ses affaires dans la région ? Pas tout à fait, découvrons la légende (© Mégalithes de Normandie, pierres de légende, de Jeannine Rouch) :

C'était au temps où le diable et Saint Pierre se défiaient. Le Malin, ce jour là avait pris l'apparence du géant Gargantua.

C'était, aux dires des commères, un rude faucheur qui abbatait dans la journée une grande surface d'herbe. Seulement le sol de Craménil, rocheux et accidenté, passait pour difficile à raser : l'herbe y était courte et glissante.

Gargantua était arrivé sur place à grand fracas dans une carriole, culbutant sur les rochers et les rnières des chemins.

Après les saluts d'usage, notre fanfaron muni de sa faux, de son olivier et de sa pierre affiloire se met au travail en compétition avec Saint Pierre.

Ce dernier choisit sa place au pied d'un bloc de granit et calmement, se met à tourner autour en abbatant son andain. Gargantua fauche à l'extérieur du cercle, si bien que le trajet est plus long. Il s'énerve, fauche malproprement, perd du temps à affuter sa faux, tandis que Saint Pierre poursuit son ouvrage sans se presser, impeccablement.

Le diable dépité, essouflé, pestant, abandonne la partie ett avant de remonter dans sa carriole, jette sa pierre affiloire par-dessus sa tête.

Elle est toujours debout, fichée en terre près du ruisseau du Grandouit.



En repartant à travers champ, et parce que c'était les premières fleurs de la saison après cette hiver extrêmement neigeux (fin mars 2013), petite photo bucolique :

 


 

Retour index

accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net