Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net

Le Hohneck

SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : France
Département : Vosges
Commune : La Bresse

Il y a des lieux que l'on connait sans n'y avoir jamais mis les pieds. Le Hohneck en fait partie. Un des plus célèbres sommets des Vosges.

Pour ceux qui se rappellent leur géographie scolaire, le Hohneck est la source de la Meurthe (entre autres), et pour ceux qui se rappellent leur histoire scolaire le Hohneck était l'un des points marquants de l'ancienne frontière fraco-allemande (à l'époque où l'Alsace-Lorraine n'était plus française). Sinon, c'est aussi un coin où l'on peut faire du ski !

Peu importe les raisons pour lesquelles vous connaissez le Hohneck, si vous vous rendez dans les Vosges, il y a fort à parier que vous vous rendrez à son sommet.

En bas de cette page, j'ai trouvé intéressant de regrouper toutes les cartes postales anciennes en ma posession traitant distinctement du Hohneck. C'est une belle découverte de ce sommet au début du XXème siècle.

Si vous avez le temps, vous pourrez emprunter la route des crêtes, celles-ci est apparement encore marquée par les bornes de l'ancienne frontière.

Du sommet, panorama à 360°.

Le Hohneck est un sommet du massif vosgien culminant à 1363 mètres (ou 1366 mètres selon les source). Point culminant de la Lorraine, il se situe sur la crête qui sépare justement la Lorraine de l'Alsace. Il est le troisième massif le plus haut des Vosges.

Côté lorrain, ses pentes sont douces et son aspect est dit rebondi. Côté alsacien, on le compare aux sommets alpins à cause de son caractère abrupt.

Pour les spécialistes : le versant ouest (lorrain donc) correspond l'ancienne pénéplaine hercynienne surhaussée par le soulèvement des Alpes à l'ère tertiaire ; le versant est (alsacien) correspond à la ligne du fossé d'effondrement rhénan dû également au soulèvement des Alpes. Un même événement deux conséquences géographiques distinctes.

Concernant le sommet lui-même, bien que de relative faible altitude (inférieure à 2000m), il présente une nature dénudée. Les vents océaniques qui fouettent cette région rendent en effet quasiment impossible toute végétation forestière, soit un aspect semblable aux étages subalpins. Cette caractéristique, dans les Vosges, le rend unique en son genre.

Appelé autrefois le Haut de Chaulmes (ou Chaumes) par les Lorrains et le Hohen Eck par les Alsaciens, le sommet est devenu le Hohneck. Etymologiquement, son nom vient donc du germanique " Hoh " signifiant "sommet" et du celtique "ek" signifiant "pointu". Le sommet pointu.

Personnellement, je ne l'ai pas trouvé très pointu ...

Cette séparation entre lorrain et alsacien est bien antérieure aux guerres franco-allemandes. En effet, il est attesté déjà au Xème siècle d'une frontière linguistique en ce lieu.

J'aurais été déçue de ne pas découvrir au moins une légende sur ce haut lieu vosgien.

Le géant du Hohneck et l'esprit de la montagne
"Sur les hauteurs inaccessibles des Spitzkoepfe vivait autrefois l'esprit de la montagne. Nul ne l'avait jamais vu, mais chacun savait que le vent de tempête et les orages qui s'acharnent sur le massif du Hohneck expriment ses mauvaises humeurs.
Un jour, un géant voulut traverser le massif. L'esprit ne l'entendait pas de cette oreille et déchaîna une terrible tempête qui couchait les sapins et brisait les rochers, formant des éboulis au pied des pentes. Le lac de Fischboedle montre une de ces pentes couvertes de blocs.
Le géant ne se laissa pas impressionner. Il appela à la rescousse les nains de la montagne, qui taillèrent les rochers à grands coups de pic et lui firent un passage à travers les pentes, à l'abri de l'esprit, manifestant ainsi qu'on a souvent besoin d'un plus petit que soi...
L'esprit de la montagne, furieux, se réfugia dans la forteresse inexpugnable que constituent les pics des Spitzkoepfe, d'où il ne manifeste plus sa mauvaise humeur que par de violents coups de vent ou les craquements du tonnerre."

ndlr : les Spitzkoepfe sont des arêtes granitiques situées dans le massif du Hohneck, approchable par des alpinistes confirmés.


Au pied du Hohneck le barrage de Schiessrothried

Le lac du Schiessrothried se situe à 920 m d’altitude. Il est l'un des anciens cirques glaciaires aménagés en réservoir d'eau. Il daterait de 1890. Plus bas, d'autres lacs bien plus connus sont issus du même principe, on peut citer notamment les lacs de Retournemer, Longemer et Blanchemer.

Toutes les rivières prenant leurs sources côté lorrain se jettent dans la Moselle, alors que celles côté alsacien se jettent dans l'Ill, un afluent du Rhin. La Meurthe, la Vologne, la Moselotte, la Fecht prendraient tous quatre leur source au Hohneck.

La bataille du Hohneck, hiver 1944

Au sommet du Hohneck se trouve un stème commémorative, dont une particulièrement émouvante : la stèle des tirailleurs tunisiens.

Le 3 décembre 1944, le 1er groupe d'escadron du Jura s'empare du Hohneck tenu jusqu'alors par les allemands. La compagnie Lartigau du 4ème régiment de tirailleurs tunisiens relève l'escadron le 6 décembre 1944 dans une épouvantable tempête de neige.

Une puissant contre-attaque allemande les encercle. Les tirailleurs résistent malgré des armes gelées par le froid, mais subies de lourdes pertes.

Les allemands poursuivent les assauts, sept jours durant.

Ecrasés par l'artillerie allemande, assaillis au lance-flamme, les tirailleurs, sans renforts (bloqués dans une tempête de neige) ni munitions, finissent par succomber sous le nombre des assauts le 14 décembre 1944.

La stèle est là pour rappeler ce fait d'armes.


La stèle aux tirailleurs tunisiens

Les allemands tiendront ensuite la place jusqu'en février 1945.

Il convient, s'il est besoin de le rappeler, que le Hohneck fut frontière franco-allemande entre les deux guerres. Le sommet marquait une délimitation entre la France et l'Allemagne.


Comme depuis quelque temps, je m'adonne à la recherche des géocaches. J'en recherche deux (et les trouve).


La première, facile
Le logbook,mon sac à dos, la petite boîte (la cache) et mon ipad pour la localisation.


La deuxième, plus difficile
Pas visible, mais c'est en pente raide !



L'arrivée d'un train au sommet du Hohneck


Au sommet du Hohneck, l'hôtel Belvédère


Le Hohneck, le restaurant Bernez


Le sommet du Hohneck, table d'orentation à 1366mètres d'altitude (frontière)


Hohneck, refuge


Le Hohneck, l'hôtel Belvédère pendant la guerre


Gerardmer, le lac de Longemer et le Hohneck


Le Hohneck, plus de frontière !
Café-restaurant Philippe Bernez, au sommet du Hohneck


La marcairie du Hohneck


Le Hohneck, restaurant Maurer


Le 15ème chasseurs à pied arrive au Hohneck, à gauche un gendarme allemand


Le sommet du Hohneck, le belvédère


La vallée du Munster


Le Hohneck, la route et les hôtels


La vallée des lacs vue du Hohneck


Le Hohneck, l'hôtel Belvédère en ruines


Le Hohneck, l'ancienne frontière, lac du Schissrothried et Ferme du Worspel


Le Hohneck, vue sur le lac du Schissrothried


Le Hohneck, table d'orientation en hiver


Le Hohneck, frontière


Le Hohneck couvert de neige


De la Schlucht au Hohneck, le tramway et la vallée des lacs


Le Hohneck, les vieilles métairies des Hautes-Chaumes datent généralement du XVIème siècle


Le Hohneck, la frontière


L'observatoire à 1373 mètres d'altitude sur le sommet du Hohneck


Le Hohneck, rencontre du 15ème bataillon de Chasseurs à pied français et du 171ème d'infanterie allemande


Le Hohneck, frontière franco-allemande


Le Hohneck, ancienne frontière


Le sommet du Hohneck


Le Hohneck, ancienne frontière, lac du Schissrothried


Le sommet du Hohneck


Le Hohneck, arrivée du tramway électrique


Le Hohneck


La vallée du Metzerel, vue prise du Hohneck


Le Hohneck, le lac de Blanchemer vu de la route des crêtes


Les voyageurs pour la Schlucht et le Hohneck en voiture

Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net