accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net
Retour index

La vallée aux loups, maison Chateaubriand et arboretum

SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : France
Département : Hauts-de-Seine
Commune : Châtenay-Malabry

Il y a quelques années je m'étais déjà rendue dans ce parc avec l'objectif de trouver le dolmen. Armée alors d'un pauvre plan imprécis, j'ai tourné en rond sans jamais trouver ce dolmen.

La technologie ayant fait un grand pas en avant, sous-entendu le site internet de la mairie ayant publié le moyen de trouver ce dolmen, j'y retourne. Avec l'adresse, c'est tout de suite plus facile !

Et puisque nous sommes le premier dimanche du mois et qu'il fait beau, on va en profiter pour visiter la maison de Chateaubriand (gratuit ce jour là) et l'arboretum.

La vallée aux loups

Nous sommes dans Hauts-de-Seine (Ile de France, à moins de 10 km de Paris). Une vallée aux loups ici me direz-vous ? Encore une lubie de parisiens ! Selon la légende, "en des temps reculés, le bois, peuplé de cerfs, chevreuils et de sangliers, était un terrain de chasse privilégié pour les loups", d’où son nom.

Le dolmen de la vallée aux loups

Il manque un petit panneau sur le site, infos récupérées du site de la mairie.

Il s’agit de deux dolmens et un menhir en grès datant du Néolithique (entre – 3000 et – 2000 avant Jésus-Christ).

Des cupules et quelques traces indiquent que l'une d'elle a pu servir de polissoir.

L'ensemble a été découvert en 1934. Difficile à voir de nos jours à mon goût, une des pierres portent une inscription : Yci gy Saint Hunc, calvaire, privilège, 1527. Honnêtement, entre les tags (bien plus récents donc), cette inscription n'est même plus visible, et pourtant j'ai fait un effort pour essayer de la retrouver

La maison de Chateaubriand

Chateaubriand, probablement l'un des auteurs qui m'a le plus ennuyé à l'école. Je garde toujours en tête un de ces livres, "René", 35 à 50 pages maximum de mémoire. J'ai essayé de le lire 5 fois, je me suis toujours endormie avant la dixième page. J'ai abandonné ; fort heureusement j'ai échappé à l'interrogatoire de la prof de français, et aucun autre professeur n'a eu la fâcheuse idée de revenir sur ce sujet. Une description de l'automne et de l'ennui en plus de dix pages, c'est pas du "romantisme", même Balzac et ces 100 pages de descriptif sur l'entrée de la maison du père Goriot était moins ennuyant !

Bref, je ne suis pas rancunière (!), et comme c'est gratuit ce jour là (bis !), autant aller voir ce que le Môssieur a légué à la postérité.


La maison de Châteaubriand
"La vallée aux loups, de toutes les choses qui me sont échappées, est la seule que je regrette"

Chateaubriand a acheté la maison en 1807. Il s'agit alors d'une petite maison de jardinier. L'écrivain y effectuera d'importants travaux.

D'un côté (côté billeterie), la maison est un peu cachée par la végétation.

De l'autre côté (terrasse), deux colonnes avec statues gardent la maison (des caryatides).


Une des deux caryatides

Chateaubriand devra se séparer de sa maison en 1818. Elle est en effet vendue aux enchères pour qu'ils puissent rembourser ses dettes.


Une autre entrée, sur le côté

Quelques photos de l'intérieur.

Presque attenant à la maison, se trouve la chapelle Montmorency. Abrite actuellement un salon de thé, et le bâtiment est très caché par la végétation.

"Contigüe à l'actuelle orangerie, sa taille reste modeste. Seule une dizaine de fidèles pouvait vraisemblablement s'y tenir, le reste de l'assemblée assistait probablement aux cérémonies à l'extérieur, devant les portes grandes ouvertes de la chapelle. Des cultes y furent célébrés jusque dans les années 1920."


La chapelle Montmorency

La chapelle Montmorency n'existait pas au temps de Chateaubriand. Mathieu de Montmorency est en effet l'acheteur du domaine lors de la vente. Avant d'être connu aujourd'hui sous le nom de chapelle Monmorency, la chapelle était connu autrefois sous le nom de Notre-Dame d'Aulnay.


Aulnay, la chapelle de la vallée aux loups

La tour Velleda

Dans le domaine du parc de la maison de Chateaubriand, se trouve la tour Velleda. Je n'avais jamais entendu parler de Velleda à peine une semaine avant, et là, deux week-ends coup-sur-coup, je me trouve face à "Velleda". Le week-end dernier c'était une promenade en forêt de Tronçais, à la fontaine Viljot que j'ai découvert le nom de cette prophétesse.

J'avais trouvé peu d'informations sur cette vierge prophétesse, mais tout à coup ça devient plus facile en associant le nom de Velleda à Chateaubriand. Velleda est l'héroïne d'un roman de Chateaubriand, les Martyrs

Le synopsys : Eudore était un officier romain converti au christianisme. Gouverneur de Condate au IIIème, il fit libérer Velléda, fille d'un grand druide et elle-même druidesse qui avait été livrée à Rutilius Gallicus, puis conduite à Rome, pour avoir soutenu en 69-70 la révolte des Bataves (peuple germanique qui habitait la Hollande méridionale actuelle) contre l'empereur romain Titus Flavius Vespasien (9-79). La révolte était conduite par Civilis mais Velléda poursuivra la lutte après la soumission de ce dernier.

Prisonnière puis libérée, Velléda tomba follement amoureuse d'Eudore, mais le chrétien refusa de rencontrer la prêtresse germanique. Éprise de ce dernier, qui se refuse à la rencontrer, "elle resta longtemps appuyée contre un arbre à regarder la forteresse" (Chateaubriand, Les Martyrs). De dépit, Velléda finit par se trancher la gorge.

La fin d'Eudore ne sera guère plus heureuse. Il périra, avec sa bien-aimée Cymodocée, dans l'arène, sous les crocs d'un tigre "connu pour sa férocité".

J'ignore par contre toujours la part de "réalité" et de fiction entre l'histoire et le roman.

La tour porte donc le nom de Velleda en l'hommage à l'heroïne de ce roman.


La tour Velleda

Cette tour de deux étages, abritait, au premier étage le bureau de Chateaubriand. Au deuxième étage, c'était l'oratoire de Céleste, la femme de Chateaubriand.

Les fenêtres sont très propres et permettent de voir le l'intérieur de cette petite tour. Je la pensais vide, erreur.


Intérieure de la tour Velleda, le bureau de Chateaubriand

Pour finir, dans le parc de la maison, quelques arbres remarquables. (Très) Petite sélection.


Catalpa commun

La source de l'Arboretum

Le site est grand, je vais donc ne présenter ici que la source de l'Arboretum ce qui représente pour moi la petite curiosité à voir. Petite curiosité située au centre de ce vaste espace vert. L'arboretum représente 13,5 hectares sur les 56 hectares du parc, et la source n'en est donc qu'un recoin infime.


Les deux petites cascade de la source

Il ne s'agit pas d'une source au sens propre du terme, mais voir de l'eau sortir de la roche c'est toujours faire allusion à une source quelconque.


en diagonale, intérieur du bâtiment (fermé) situé à côté de la source


Sous l'arbre, face à la source

Ne vous y trompez pas, le parc est splendide, c'est l'un des plus visités du département. Il y a des beautés à découvrir à chaque recoin. Donc n'hésitez pas à prendre le temps d'aller y flâner.

 


 

Retour index

accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net