accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net
Retour index

Mont Saint Odile, couvent et source

SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : France
Département : Bas-Rhin
Commune : Ottrott

Le couvent du Mont Saint Odile

A environ une vingtaine de kilomètres du lieu, tous les panneaux indiquent le Mont. Deux étoiles au guide Michelin, bof...

Spécial dédicace à mon opérateur télécom chéri qui m'a envoyé un SMS de bienvenue en Allemagne. Il faudra que je pense à lui signaler que l'Alsace-Lorraine est redevenue française depuis "quelques" années maintenant !

"Cerné par les forêts de sapins le mont Sainte-Odile est un lieu pétri de merveilleux et de sacré. L'ancien couvent de Sainte Odile, perché au sommet du mont sur un promontoire rocheux, a résisté aux guerres et aux incendies. Il est aujourd'hui au centre du pélerinage le plus important de l'est de la France."
©Lieux mystérieux et insolites en Alsace, M.P. Rauzier

C'est au moins une chose que l'on ne reprochera pas au lieu, il est bien un centre de pélerinage. Mon appareil photo ferait presque un peu déplacé en ce lieu. J'attends donc que les fidèles quittent les salles avant de photographier. Un peu de respect ne nuit pas. Heureusement, il n'y a pas foule.


L'entrée du couvent

Plusieurs bâtiments sont à voir à l'intérieur de l'enceinte du couvent, tout d'abord la chapelle Notre-Dame de l'Assomption. De là, nous pouvons accéder au tombeau de Sainte-Odile. Un couloir qui longe le cloître nous amènera ensuite sur la terrasse du couvent. Très belle vue sur la valée environnante. Sur la terrasse, présence de deux chapelles : la chapelle des larmes et la chapelle des anges.


Plan du couvent

Après le bâtiment d'entrée, nous découvrons donc la chapelle N.D de l'Assomption. Cette chapelle a le droit au titre de basilique mineure.


Intérieur de la chapelle Notre-Dame de l'Assomption


Statue de Sainte Odile


Autel de la chapelle Notre-Dame de l'Assomption

La chapelle Sainte-Odile abrite le tombeau de la Sainte.

Avant d'apercevoir le tombeau de la Sainte, on peut découvrir l'ancien tombeau de son père, le Duc Etichon.


Le tombeau du père de Sainte Odile, le duc Etichon

Le tombeau de Sainte Odile est d'un tombeau du XVIIIème siècle recouvrant un sarcophage du VIIIème siècle abritant les reliques de la Sainte.


Le tombeau de sainte Odile
A l'intérieur, on peut apercevoir l'ancien sarcophage en pierre

La salle abritant le tombeau de Sainte Odile est une très belle salle décorée de peintures sur panneaux en bois.


Quelques uns des tableaux de la salle du tombeau


Salle-couloir reliant la chapelle N.D. de l'Assomption au tombeau puis au cloître


Une des peintures mrales de la salle-couloir reliant la chapelle N.D. de l'Assomption au tombeau puis au cloître


Le cloître


Le cloître, vue sur la galerie menant à la terrasse

Sainte Odile, entre légende et vérité
©Lieux mystérieux et insolites en Alsace, M.P. Rauzier
La "légende dorée" de sainte Odile, Vita sancta Odilae, fut composée au IXème siècle, soit deux siècles après sa mort, en se fondant sur des récits déformés. On ne sait quel part de vérité comporte ce texte mais son histoire s'est enrichie de siècle en siècle de nouveaux épisodes où abondent les faits merveilleux et les miracles.

Vers le milieu du VIIème siècle, Aldaric, farouche duc d'Alsace apprend que son épouse, Bereswinde, vient de mettre au monde une fille, qui n'est donc pas l'héritier attendu, et s'avère aveugle de surcroît. L'impétueux Duc, fou de rage, déclare vouloir tuer le nouveau né. Bereswinde confie alors le bébé à une nourrice, une habitant de Scherwiller, qui place rapidement pour plus de sûreté la fillette au monastère de Palma.

A l'âge de 12 ans, celle-ci est baptisée par l'évêque de Ratisbonne qu'un songe a mis en route vers le monastère. Au contact de l'eau baptismale, la petite fille recouvre la vue et reçoit le prénom d'Odile, fille de lumière. Malgré ce miracle et les garçons qu'a enfanté sa femme depuis, l'orgueilleux Duc refuse de revoir sa fille. L'un de ses fils Hugues, décide alors d'enfreindre la volonté paternelle en ramenant sa soeur au château, mais le Duc frappe mortellement le garçon.

Pris de remords, le père finit par accueillir sa fille, qu'il décide de marier à l'un des nombreux prétendants éblouis par sa beauté. Mais Odile a déjà choisi de consacrer sa vie à Dieu; elle s'enfuit du château et, poursuivie par les hommes du Duc, doit son salut à un rocher qui s'ouvre devant elle. Face à ce signe de Dieu, le Duc reconnait ses erreurs et fait don à sa fille du domaine de Hohenbourg qui y fonda un monastère de femmes.

Bientôt suivie par une centaine de moniales, la sainte marqua le site d'une vue conventuelle inspirée des règles de Saint Benoit : la prière, le traval et le soin aux pauvres et aux malades.

La fête de sainte Odile, patronne de l'Alsace, est célébrée le 13 décembre. Cette dernière est invoquée contre la cécité et les maladies oculaires.

Dans la chapelle des larmes, Odile y aurait pleuré et prié de nombreaux jours pour le salut du duc, son père, creusant les dalles de ses genoux.


La chapelle des larmes


La décoration intérieure (plafond et haut des murs) de la chapelle des larmes


Le sol, la dalle creusée par les genoux de Sainte Odile (protégée par une grille)


Autre détail de la décoration intérieure

La chapelle des anges se situe non loin (5 à 10 mètres) de la chapelle des larmes. Tout comme la précédente, c'est une superbe mosaïque qui nous surprend. Un léger manque d'éclairage ici.


La chapelle des anges

La mosaïque représente les anges gardant le Paradis et annonçant la venue du Sauveur.


Les anges gardant le Paradis


La venue du Sauveur

De la terrasse, vous pouvez observer la vallée.


La terrasse et le cadran solaire

Le cadran solaire du Mont Saint Odile

Concu par les moines cisterciens de l'abbaye de Neubourg au XVIIIème siècle, le cadran solaire présente la particularité de donner non seulement l'heure solaire vraie du lieu mais également les heures babylonniennes, italiennes, antiques ainsi que les heures solaires vraies de différents endroits du globe.

Sur le socle cylindrique, créé lors de l'installation du cadran solaire au couvent du Mont Sainte-Odile en 1935, est gravée une sentence en latin de part et d'autre d'un écusson portant les armoiries de Monseigneur Ruch : "tu vois comment l'ombre fuyante indique nos heures. Une ombre régit les ombres. Nous ne sommes que poussière et ombre."

La source Saint Odile

La source ou Fontaine Sainte Odile se situe en contrebas du couvent. Il est possible d'y accéder par la route, mais aussi à pied. J'ai opté pour la version sportive, il est annoncé 20 minutes aller-retour, c'est à peu près ça.


Le chemin vers la Source, départ depuis le couvent (dans mon dos, chemin de croix de l'autre côté)


20 minutes aller-retour, descente à l'aller, montée au retour !
A travers la forêt

Il s'agit d'une source miraculeuse. Elle est en effet réputée pour soigner les troubles oculaires. Croyance ou pas, rien ne vous empêche d'essayer !

Cette source serait née du bâton de la sainte.


La source
"Odile en ce lieu frappa le roc et l'eau qui jaillit guérit l'aveugle.
Pélerins, arrêtez vos pas et restez là à prier Dieu pour qu'il éclaire aussi vos âmes à cette source miraculeuse.">


La source vue derrière la grille


La source vue depuis la route, avec les différentes auges recueillant l'eau de la source


Une des auges
"Sancta Odila Oba Pro Obis

 


 

Retour index

accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net