accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net
Retour index

Le Plessis-Robinson, le château de la Solitude

SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : France
Département : Hauts-de-Seine
Commune : Le Plessis-Robinson

Dernier week-end de l'été, rouge sur les routes, il vaut mieux éviter de partir trop loin. C'est l'occasion de découvrir ces curiosités qui se nichent toujours à proximité de nos domiciles et qu'on ne visite jamais.

Au Plessis-Robinson se trouve les ruines du château de la Solitude.

Bien protégé par une grille, qui cherche sans doute tout à éviter les vandales qu'à protéger des risques de chutes de pierre comme le panneau l'indique, il est situé au milieu d'un parc. Il mériterait que la végétation soit mieux entretenue afin de mieux apprécier ces ruines.

Au coeur du bois de la solitude se dressent les ruines d'un somptueux château à l'histoire étonnante. Cette belle demeure de style néogothique est bâtie en 1903 pour Marie-Philiberte Marquis, héritière d'une célèbre dynastie de chocolatiers. Après sa mort la propriété est transformée en clinique privée où René Viviani (1863-1925), ancien président du conseil, finit ses jours. Puis de 1937 à 1956, le château de la Solitude accueille un couvent de carmélites. Au départ des religieuses, la propriété est rachetée par le ministère de l'éducation nationale qui y emménage un collège d'enseignement technique pour jeunes mères célibataires. La fermeture de cet établissement en 1976 marque le début de la déchéance du château. Laissé à l'abandon, la bêtiment tombe très vite en ruines.
©le panneau à l'entrée du parc !

Il me faudra peut être y repasser cet hiver pour éviter les nombreux arbres feuillus qui gâchent les photos (surtout que celles-ci sont prises en réalité avec mon téléphone portable, la qualité s'en ressent un peu.

Bien que je n'ai pu trouver aucune référence à ce sujet, il semblerait que le nom "les solitudes" viennent d'une mode du XVIIIème siècle qui consistait à construire des résidences éloignées des villes.

Il faudra aussi que je revienne avec un coupe-ronces !

On peut encore apprécier la finesse de certaines sculptures.

D'une façon très étrange les fenêtres du dernier étage se dressent encore au sommet de ces ruines.


Comme toujours, les cartes postales anciennes nous donnent de précieuses informations sur l'état de cette résidence du temps de sa splendeur.


Un site que j'ai trouvé particulièrement intéressant, présentant des photos vues de l'intérieur :
==> le château de la solitude, du chocolat au comte d'Orgel

Il faut sans doute profiter de ces quelques photos, car il y a fort à parier que ce château va continuer sa lente décrépitude.

A voir également, une vidéo.


 


 

Retour index

accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net