Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net

Thueyts, pont du diable

SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : France
Département : Ardèche
Commune : Thueyts

Le département de l'Ardèche possède aussi au moins un pont du diable. Celui-ci s'est trouvé sur mon chemin, c'était parfait.


©Archeothema n°26 (jv-fév 2013), article de Sébastien Abot.

Sur les pas du diable

La dénomination de "pont du diable" désigne des ponts anciens qui, d'après les légences locales, auraient été construits soit par le diable lui-même, soit grâce à son aide, ou, dans certains cas contre son gré. Les ponts du diable sont très nombreux et présents principalement en Europe.

Il s'agit plus généralement de ponts en arc, bâtis en pierre, datant du Moyen-Age (certains sont plus tardifs voire modernes) et représentant une prouesse technique en terme de construction tant le franchissement effectué est vertigineux. Ces ponts sont en effet établis bien souvent en des lieux escarpés.

Les légendes associées aux ponts du diable présentent une trame d'histoire récurrente, celle d'un homme ou de villageois pactisant avec le diable afin que celui-ci construise un pont humainement impossible à réaliser.

Qu'ils soient architectes, maçon, homme d'église ou paysan, les hommes souhaitent vivement obtenir le franchissement d'une rivière encaissée pour éviter de longs détours fastidieux.

Comme le diable entend tout, y compris les complaintes des hommes sur leurs situations, il apparait toujours - sous différentes formes - au bon moment pour proposer un marché. Cet instant est toujours illustré par un dialogue.

Le diable accepte alors de construire l'ouvrage en une seule nuit mais exige en retour la première âme qui le traversera.

Si le diable honore toujours sa partie du contrat, il se retrouve, au petit matin, trompé par les hommes qui font traverser le pont en premier à un anomal (âne, chat, chien, ...).

Bien obligé d'accepter cette âme, le diable furieux, se jette dans les gorges depuis le pont. Il lui arrive aussi de lâcher la dernière pierre de construction (toujours manquante de nos jours) et disparaît jurant qu'on ne l'y reprendrait plus.

Parfois l'histoire varie pour une même légende locale.


Le pont est un pont à simple arche au-dessus d'un gouffre infranchissable à pied. La légende peut donc s'installer.

Mais quelle est donc la légende des lieux ?

A une lointaine époque, les jeunes amoureux ne pouvaient se montrer au grand jour. Il leur fallait se cacher (de leurs parents !), et la meilleure cachette des environs était un petit bois feuillu.

Malheureusement ce bois se situait de l'autre côté de la rivière et pour le rejoindre il fallait traverser par le pont du village voisin, situé à plus de trois kilomètres. L'amour donne des ailes, mais ...

Un jour, un jeune amoureux se rendit près de la rivière et s'exclama fortement :
- Pourquoi un gouffre en ce lieu ? Pourquoi n'avons-nous point de pont comme les villages alentours ?"
et il tapa violement du pied le sol

Un personnage s'approcha alors du jeune homme :
- Que t'arrive-t-il mon jeune ami ?
- Rien messire, un instant de regret.
- Du regret, mais que peux-tu donc regretter mon jeune ami, toi qui semble si fort, intelligent et astucieux ? Quelque chose manquerait-il à ton bonheur ?
- Merci mon bon monsieur, mais rien vous ne puissiez faire.
- Crois tu ? J'ai de bons amis, et avec des amis rien n'est impossible !
- Rien d'impossible ? Mais c'est d'un pont dont j'ai besoin !, s'exclama le jeune homme.
- un pont, mais cela est très facile !
- Vraiment, et que faudrait-il pour cela ?
- Rien, c'est pour mon plaisir. Et le personnage disparut.

Quelques jours plus tard, les habitants découvrirent un pont surplombant le gouffre et enjambant la rivière.

Les villageois purent empunter ce pont, ainsi que les jeunes amoureux.

Mais depuis sa construction, parfois, des jeunes gens disparaissent. Selon certains, le diable, probablement, s'en est mêlé, pour d'autres, Dieu, qui punit ces jeunes gens s'adonnant à ces amours illégitimes.

La légende dit que l'on peut toujours entendre les appels désespérés de ces jeunes gens disparus, prisonniers du diable, mêlés au grondement des eaux.

Si vous traversez le pont, faîtes bien attention, le diable n'est peut être pas loin.

Sur une carte postale moderne, petite variante de l'histoire.


"Par nos âmes que le diable nous fasse ici un pont d'amoureux"
A l'aube le pont existait
Depuis, se mêle aux tumultes des eaux, et au bruit d'un sabat d'enfer,
le cri de repentir des âmes des imprudentes belles filles de Thueyts.


Une très belle vue aérienne du site.


©Thueyts, pont du diable, 2009
Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net