accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net
Retour index

Le château de Wangenbourg

SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : France
Département : Bas-Rhin
Commune : Wangenbourg-Engenthal

Dernier château visité en parcourant les routes d'Alsace. On ne savait pas trop ce qu'on allait découvrir, un château complétement en ruines ou un château avec quelques beaux restes à voir.

Un peu entre les deux dirons-nous. Le donjon a été entiérement restauré récemment et offre une vue magnifique sur les environs. Pour le reste, c'est des bas de murs pour lesquels nous devons deviner ! (il y a un plan à l'entrée du site, disponible aussi sur wikipedia pour les plus curieux, repris un peu plus bas dans la page).

A l'approche des lieux, on aperçoit un premier bout de ce château : le donjon perché sur son gros rocher.

Nous longeons ensuite ce rocher, et devons traverser un fossé (sec) pour franchir le mur d'enceinte (fortement restauré également).

Le château de Wangenbourg est un château médiéval du XIIIème siècle.

En franchisant l'enceinte, difficile de rater le donjon. Une belle montée en perspective.

Les terres appartenaient à l'abbaye d'Andlau depuis le don fait par Sainte Richarde en 880.

Sainte Richarde d'Andlau
Selon la légende, en 887, Richarde, vertueuse épouse de l'empereur, est accusée d'inconduite. Souhaitant prouver son innocence, elle se soumet à l'épreuve du feu, traversant les flammes, nus pieds et vêtue d'une chemise enduite de cire, sans la moindre brûlure. Justifiée mais meurtrie, elle quitta le château impérial et s'en va dans la forêt. Un ange lui apparaît et lui enjoint de fonder un monastère à l'endroit que lui indiquera une ourse. Près d'un torrent, elle aperçoit la bête annoncée qui gratte la terre. En ce lieu, l'abbaye d'Andlau sera fondée.

- - -

La légende ne peut être vraie, car les dates ne concordent pas. Un peu d'histoire.

Richarde de Souabe épouse en 862 un jeune prince carolingien, Charles le Gros. En 881, soutenu par le Pape Jean VIII, Charles devint empereur d'Occident, roi de Germanie et roi de France.

C'est une période de grands troubles pendant laquelle les sarrasins pillent le sud (dont l'Italie) et les normands le nord de la France jusqu'en région parisienne.

Secondant l'empereur devenant impuissant face à tous ses assauts, Richarde, à l'origine des premiers succès politiques de son époux prend l'administration politique en main. Mais, manipulé par plusieurs conseillers jaloux, Charles accuse sa femme d'adultère et la répudie.

La malheureuse Richarde fut soumise l'ordalie du feu (supplice consistant à traverser des charbons ardents). Elle réussit l'épreuve sans difficulté ce qui aurait pu lui rendre sa place et ses titres, mais indignée elle préféra se retirer. Protégée par ses parents, Richarde se réfugia à Andlau, monastère qu'elle avait fondée en 880 dans un lieu vénéré de son enfance.

Mal conseillé et désormais seul, Charle le Gros ne put venir en aide du pape qui fut massacré à coups de marteau dans son palais. Jugé responsable, son royaume fut découpé en sept petits royaumes.

Après la destitution de l'empereur Charles le Gros, un procès en réhabilitation innocente définitivement Richarde.

Richarde est devenue une figure de dévotion tutélaire, signifiant le bon pouvoir régalien. Elle est canonisée en 1049 par Léon IX sous le nom de sainte Richarde d'Andlau.

Les terres de l'abbaye d'Andlau furent confiées à la famille de Dicka.

On leur attribua la tâche de construire deux châteaux : Wangenbourg et Freudeneck.

Le château changea plusieurs fois de mains au fil des diverses successions et batailles de l'époque.

Finalement, en 1633 le château fut dévasté par les Suédois et ne fut plus reconstruit.

On suppose que Wangenbourg était encore habitable lors de la guerre de trente ans.

Il a sans doute été démantelé en 1677 par le maréchal de Créqui.

Le dernier possesseur fut le Baron Frédéric-Antoine-Henri-Louis chef d’escadron au Royal-Allemand, fin du XVIIIème siècle et le château resta le bien de la famille jusqu’en 1918 où, après l’armistice, l’Etat français le saisit.

1. Fossé principal; 2. Rampe d'accès du XVIIe siècle; 3. Entrée et rampe d'accès de la basse-cours; 4. Basse-cours; 5. Passerelle et entrée principale; 6. Fossé; 7. Logis de Hartmann de Wangen; 8. Logis de Georg de Wangen; 9. Tourelle d'escalier en vis; 10. Étuve; 11. Four de cuisine; 12. Tour de la chapelle; 13. Grand logis gothique; 14. Citerne à filtration; 15. Tour-habitat; 16. Donjon; 17. Tombe.


Vue vers le logis de Georg de Wangen


Logis de Hartmann de Wangen


Escalier intérieur du donjon

Logis de Georg de Wangen


Cheminée du logis de Georg de Wangen, et armoiries de Wangenbourg


Le donjon


Panorama du haut du donjon


Vue du château du haut du donjon

 


 

Retour index

accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net