Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net

Carrière de Roussard

SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : France
Département : Sarthe
Commune : La Bazoge

Petite tournée rapide dans une ancienne carrière de roussard, une belle roche de couleur rouille, c'est à dire une teinte entre le rouge et le brun.

Quand le soleil est de la partie, les couleurs sont magnifiques.

Le site est protégé, il est indiqué encore en activité bien que rien ne semble véritablement prouver cette activité, et l'accès pas véritablement interdit, il convient tout de fois de faire attention où on met les pieds.

A l'entrée du site, un panneau d'information nous donne quelques informations sur cette roche.

Cette roche brune, de couleur rouille, entre dans la construction de la plupart des maisons et bâtiments anciens du Nord-Ouest de La Sarthe. C’est le cas de l’église de La Bazoge (où se situe la carrière) mais aussi de celles de Fresnay, de Segrie ou de Saint-Christophe-du Jambet.Dans la cathédrale du Mans, le roussard alterne avec le calcaire de Bernay dans les bas-côtés de la nef.

Le roussard se présente comme un grès à gros grains car le matériau de base est en général le sable cénomanien, sédiment marin du Crétacé, qui affleure largement tout autour du Mans.

Cependant, c’est dans une bande de terrain située entre la Sarthe et la Champagne mancelle que le roussard est le plus abondant et surtout qu’il se présente sous la forme de dalles épaisses et assez continues pour avoir suscité dans le passé une véritable industrie extractive dépassant la simple carrière pour les besoins locaux, comme à La Bazoge en particulier. La roche est constituée de sables liés par des oxydes de fer et de manganèse. Elle se présente sous forme de grosses dalles immergées dans un sable ferrugineux. Associé au grès roussard, en dessous, on trouve un minerai de fer qui a été exploité largement dès l’époque gauloise.

La couleur ocre qui le caractérise est effectivement donnée par l’oxyde de fer présent dans le ciment qui concrétionne les grains de sable ; si le roux tire par endroit sur le noir, c’est grâce à de l’oxyde de manganèse qui s’ajoute à l’oxyde de fer pour donner alors un grès particulièrement dense.

Le roussard, c’est aussi ces croix archaïques massives, situées aux carrefours des chemins anciens. C’est aussi ces croix plus récentes, de forme octogonale, ornées de coquilles St-Jacques, qui jalonnent l’itinéraire vers le Mont-Saint-Michel.

Ci-dessous deux des croix que l'on trouve à proximité de la carrière.

A Montbizot, on trouve également une de ces croix, la croix hosannière des Graves

Il s'agit d'une croix du XIXème siècle, un grand fût de roussard à section octogonale sur scellement carré. Il s'agit probablement d'une croix post-révolutionnaire, avec une dédicace missionnaire.

Face à l'entrée, cette croix dispose d'une inscription : Croix du dernier repas longtemps la gardienne protège Montbizot, enquoi qu'il advienne C.L [...].

Retour index
accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net