accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net
Retour index

Notre-Dame-de-Lorette de Paris

 

Une église aux murs vieillis par la pollution, presque invisible tellement les immeubles alentours l'encadrent de leur hauteur, bref une église qui peut facilement passer inaperçu, et pourtant c'est là une très belle découverte que j'ai faite, non pas l'extérieur, mais l'intérieur du bâtiment qui m'a bluffé par sa richesse polychromatique.

En entrant c'est le plafond qui attire l'oeil ...

Puis ensuite, sur la droite, c'est la chapelle des baptêmes qui nous attire ... des murs peints, très colorés, une coupole, colorée également, ...

Un panneau sur le site nous apprend que la peinture de la chapelle est dûe à un peintre nommé Adolphe Roger.

"La prédilection des nazaréens français pour le décor mural, son attrait pour les sujets religieux traités avec sobriété et clarté expliquent que Roger ait été retenu pour ce prestigieux chantier."

Les peintures de la chapelle seront démarrées en 1832 et finies en 1840 par le peintre. Elles ont depuis fait l'objet d'une restauration (date non précisée sur le panneau).


Une des peintures qui entourent le baptistère

"Habituellement les artistes utilisent pour des décors religieux de cet ampleur la peinture à l'huile ou la fresque. Roger considère ces procédés inadaptés à un climat trop humide. Avec Orsel, ils élaborent une technique spécifique capable de résister aux conditions climatiques de l'église : la peinture à la "cire froide". Cette dernière se veut comparable à la fresque par la matité et la fraîcheur de ses tons tout en conservant de la peinture à l'encaustique (ou cire chaude) le caractère hydrofuge propre à préserver leurs oeuvres contre une éventuelle humidité des murs."


Une des peintures qui entourent le baptistère

Ces deux peintures ont attiré mon attention, car je trouve, tout du moins dans l'iconographie religieuse française, que les hommes de couleur sont rarement représentés. Et pour l'époque, ce choix parait même surprenant.

"L'iconographie (de la chapelle), très riche, se concentre sur le sacrement et la lithurgie du baptême telle qu'elle était pratiquée au début du XIXème siècle, certains rites ayant disparu de nos jours. Des personnages historiques liés à ce thème tel l'empereur romain Constantin ou le roi mérovingien Clovis, mais aussi des représentants des populations converties plus récemment au catholicime en Amérique du Sud (Pérou) et en Afrique (Ethiopie) viennent étoffer ce programme et rappelle l'importance de ce sacrement, porte d'entrée dans la vie chrétienne.

Bruno Foucard décrit cette chapelle comme "l'attirant et irradiant sanctuaire parisien du pré-raphaélisme.".

Sur les bas côtés de l'église, nous trouvons plusieurs chapelles décorées de peintures murales.
En voici quelques unes.


En retour à gauche, "Entouré de quelques carmélites, Ste Thérèse reçoit le sacrement des malades"
à droite, "extase de Ste Thérèse revêtue de l'habit de l'Ordre du Carmel qu'elle vient de réformer"


à gauche, "St Etienne, sous le regard haineux d'une jeune fille est conduit par deux hommes au supplice de la lapidation"
à droite, "hommes et femmes lapident St Etienne, à genoux, demandant au seigneur le pardon de ses bourreaux".

L'église est formée de quatre chapelles d'angle. Je vous ai déjà présenté plus haut la chapelle des baptêmes. Toujours sur le côté droit de l'église, vient près du choeur, la chapelle de l'Eucharistie et du Sacré-coeur. Un peu plus sobre que la chapelle des baptêmes, elle n'en demeure pas moins colorée bien que pourtant bien plus foncée.


La chapelle de l'Eucharistie et du Sacré-coeur


La coupole de la chapelle de l'Eucharistie et du Sacré-coeur

Cette chapelle est décrite comme l'alliance de la pureté du goût et de la pureté de la foi.

Nous voilà enfin au coeur / choeur de cette église. Là encore, les couleurs sont sublimes.

Le choeur est consacré à la vie de la Vierge au Royaume de dieu. Un arc triomphal sépare la nef de l'avant-choeur, six pilastres bordent l'avant-choeur et le choeur décorés de motifs géométriques aux couleurs symboliques : brun pour le monde terrestre, vert et bleu pour le ciel, les croix dorées pour le monde divin."

"La Vierge assiste, avec ses quatre assistantes, la Charité et la Justice, la Foi et l'Espérance, occupe le centre la coupole et stabilise la composition. Le registre inférieur avec ses sombres nuées, ses effets de clair-obscur, ses vols d'anges qui accompagnent la Santa Casa semble appartenir à un plafond baroque."

Face à la chapelle de l'Eucharistie se trouve la Chapelle de la Vierge. Celle-ci n'a visiblement pas encore fait l'objet d'une restauration, mais on peut facilement deviner la qualité des couleurs originelles.


La chapelle de la Vierge

"Une façon de bien comprendre Notre-Dame-de-Lorette est de la considérer comme le grand livre de la vie de Marie. On peut y trouver une division en 4 chapitres, la nef consacrée à sa vie terrestre, le choeur à sa vie au Royaume de Dieu puis viennent les 4 chapelles d'angle et enfin les bas-côtés où figurent les saints patrons des personnes qui ont contribué à la ocnstruction de l'église ou à des saints vers qui allait la ferveur des parisiens en 1830."


Côté latéral droit de la Nef
(sauf erreur de ma part, il doit s'agir, de la Présentation de la Vierge, puis du Mariage).

"De la naissance de la Vierge à l'Assomption les scènes se lisent dans la continuité du sud au nord (le choeur) en partant de la droite : la nativité de la Vierge, la présentation au temple, le mariage de la vierge, l'annonciation, la visitation, l'adoration des bergers, l'adoration des mages et l'Assomption. Dans toutes ces compositions la figure de Marie apparait toujours digne, tendre, pure et centrale."


L'adoration des Mages

"Les huits peintres retenus pour ces tableaux sont premier ou second prix de Rome, dans la mouvance de Davis, et ont tous fait l'école des Beaux-Arts à Paris. "


L'adoration des Bergers

Les peintres sont :
A.P. Coutant pour le tableau "La visitation".
N.A. Hesse pour le tableau "Adoration des bergers"
J.P. Granger pour le tableau "Adoration des mages"
F.L. de Juinne pour le tableau "Assomption de la Vierge"
F. Dubois pour le tableau "L'annonciation"
J.M. Langlois pour le tableau "Mariage de la Vierge"
A.J.B. Vinchon pour le tableau "Présentation de la Vierge"
R.A. Monvoisin pour le tableau "Nativité de la Vierge"


L'orgue

 


 

Retour index

accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net