accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net
Retour index

Rodin, l'exposition du centenaire

 

SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : France
Département : Seine
Commune : Paris

A l'occasion du centenaire de la mort d'Auguste Rodin, une exposition exceptionnelle s'est déroulée au Grand Palais à Paris.

En début d'année, j'avais déjà pu apprécier une partie des oeuvres de ce célèbre sculpteur au musée qui tient son nom, à Paris également. L'occasion ici, donc, de compléter cette visite.

Quelques nouveautés, mais aussi beaucoup de pièces déjà vues, souvent dans d'autres matières. L'exposition nous montre également des oeuvres d'autres artistes contemporains de Rodin, ou élèves de ce grand maître ... et on ne voit pas toujours le rapport !

En images, quelques souvenirs de cette exposition, des pièces qui m'ont plus, mais aussi des pièces qui m'ont ... disons ... interpellées (version polie de "j'ai détesté", mais après tout, l'art a toujours ce côté subtil de pouvoir plaire à quelqu'un ... bref, tous les goûts sont dans la nature !).

Commençons par les grands classiques, "les bourgeois de Calais" ...

... et le non-moins célèbre penseur :

Et à côté de notre ami Le penseur, nous avons un autre penseur, une oeuvre de Georg Baselitz, le "Peuple Chose Zéro" ... bon, là, suis perplexe ... C'est en bronze pâtiné peint.

Et un dernier penseur pour la route :

Passons au registre féminin :

Les sources taries, une disposition en miroir :

Le baiser, Représentant à l'origine Paola et Francesca dans la Porte de l'Enfer, le groupe prend le nom de Baiser lorsqu'il est exposé en 1887. En marbre de Carrare.

Les trois ombres, présent au sommet de la Porte de l'Enfer, il s'agit de trois exemplaires identiques de l'Ombre qui permet à un spectateur immobile de voir les différents profils de la figure.

Psyché-Printemps, dite Nymphe surprise

L'illusion, soeur d'Icare

La Danaïde, marbre taillée.

Fugit Amor, en bronze.

Après quelques classiques de Rodin, retournons sur du plus "subtil", Le prostré de de Wilhelm Lehmbruck, en bronze.

Retour à Rodin, en bronze, Ugolin et ses enfants,
Condamné à mourir de faim, Ugolin est représenté dans les derniers moments de son supplice, alors que, perdant toute dignité, il se traîne comme une bête à quatre pattes sur le corps de ses enfants moerts dont il va manger la chair.

"Torse", de Ossip Zadkine, en bronze patiné.

Trois têtes hurlantes d'Antoine Bourdelle, en bronze, étude pour un monument aux morts dans le Tarn-et-Garonne.

Parmi nos torturés du jour, ci-dessous une oeuvre de Camille Claudel :

Les dessins noirs, ... Jean-Paul Marscheschi, Foule, en suie, cire, encre et mine noire sur papier marouflé sur toile.

et encore quelques dessins noirs ... Willem de Kooning, Figure sur la plage Gerard :

Georg Baselitz, sans-titre (tu m'étonnes !!!)

Eugène Dodeigne, sans-titre

Les passions humaines de Jef Lambeaux, bas-relief en bronze.

La porte de l'enfer, d'Auguste Rodin évidemment ...
Première commande publique faite à Rodin, cette porte monumentale accompagna l'artiste toute sa vie. La construction du musée d'Arts décoratifs pour lequel elle était conçue n'aboutit pas, il ne vit donc jamais son oeuvre en bronze (visible au Musée Rodin, fonte de 1928). En 1900, lors d'une exposition personnelle, il montra une version en plâtre débarassée d'une grande partie de ses groupes.
La plupart des grands sujets de Rodin, "le penseur", "le baiser", "Ugolin", ... ayant été créés dans ce contexte ont trouvé une existence autonome.

Petit break dans la visite pour admirer le Grand Palais ...

Et on reprend la visite à l'étage avec une oeuvre de Otto Gutfreund intitulé La peur ... on a plutôt l'impression qu'il a juste froid mais bon ...

Parmi les oeuvres de Rodin, nous avons "un" Balzac, en plâtre :

Une citation d'Auguste Rodin, la seule de l'exposition à laquelle j'ai trouvé un sens ...

Max Svabinsky, deux extraits d'un tableau "Rodin inspiré" :

S'ensuit une série de tableaux qui me laissent assez sceptique ...

Antony Gormley, Concept :

Antony Gormley, Seuil :

Charles Bodmer, Centauresse et enfant, épreuve sur papier albuminé.
Celui-là, j'aurai bien aimé le feuilleter ...

Tony Cragg, sans-titre ;)

Paul Neagu, Sujet générateur, trait d'union :

Paul Neagu, Trait d'union, Tornade :

Revenons à Auguste Rodin et ses sculpture :)

La mort d'Alceste, deux sculptures, l'une en plâtre, l'autre en bronze.

L'espérance court :

Les bénédictions :

La martyre :

L'Homme, fragment du fardeau de la Vie :

Pied gauche ... dans l'oeuvre de Rodin, j'ai toujours trouvé qu'il ne savait pas faire les pieds ... je maintiens !!

La Grande Ombre :

Eve :

Iris, messagère des Dieux ... dans une position étrange ...
"image provocante de la féminité", statue en bronze

Torse de l'âge d'Airain drâpé :

Et nous quittons à nouveau Rodin pour plusieurs de ses élèves ...

Robert Couturier, Saint Sébastien :

Aristide Maillol, La femme qui marche dans l'eau :

Georg Kolbe, L'appel de la Terre :

Et encore quelques "micros" Rodin, une série en "vase" .. étrange.

Nu féminin à tête de femme slave dans un vase d'époque mérovingienne

Nu féminin se penchant hors d'un vase antique de forme globulaire

Torse féminin à tête de femme au chignon et serpent lové

Et finalement, dans cette série, nous terminons avec un Picasso, un assemblage en bronze peint !

Après cette série, nous nous trouvons dans une salle contenant d'étranges sculptures dont le rapport avec Rodin reste sincérement inconnu. Un bon moment de rigolades pour certaines de ces oeuvres ...

Une oeuvre de Barry Flanagan, Large monument

Un petit air de Walking Dead pour cette oeuvre de Thomas Houseago, "The walking Man" ... on notera que les pieds ne sont pas mieux réussis que ceux de Rodin !

Suivent trois oeuvres de Markus Lüpertz, Le Matin puis Odalisque puis Tête de Paris :
Le rapport avec Rodin reste un véritable suspens, mais c'est un style !

Et nous voilà enfin devant l'oeuvre la plus "ressemblante" ... son titre : tête d'otage ... on cherche toujours la tête !!!
Et oui, on a bien regardé derrière !
Une oeuvre de Jean Fautrier.

Nous retrouvons dans cette salle Georg Baselitz, déjà vu avant, avec ce coup-ci une oeuvre qui nous laisse un pied d'enfer : Pièce Pas !

Nous retrouvons également notre auteur des dessins noirs avec une oeuvre plus complète, Le frère, par Jean-Paul Marcheschi :

André Masson nous livre le Minotaure I :

Et Pablo Picasso nous livre L'homme au mouton, avec un mouton que seul Picasso pouvait voir ainsi ...

Et aussi une oeuvre de César, ça change du pouce mais c'est tout aussi ... hmm ... bref, il nous présente Brigitte-Nadine :

Antoine-Louis Baryé, a, quant-à lui, trop regardé la planète des singes et nous livre un chimpanzé chevauchant un gnou :

mais nous retrouvons aussi quelques artistes de renom, notamment Honoré Daumier et son ratapoil :

A. R. Penck nous livre une jolie Tour Eiffel ... oups, non pardon, il s'agit d'un Delphi Heliotroph (ne me demandez pas de quoi il s'agit !) :

Et enfin, avant de revenir aux oeuvres d'Auguste Rodin, voilà Alberto Giacometti et ses trois hommes qui marchent :

Auguste Rodin n'étant pas seulement un sculpteur nous a laissé divers tableaux et esquisses, en voilà quelques exemplaires :

Portrait de Victor Hugo vu de profil

Etude pour la porte de l'Enfer

Et un contemporain de Rodin, Paul Gauguin et ses célèbres tahitien(ne)s : Trois têtes de tahitiens :

Et pour finir cette page, j'ai gardé le meilleur pour la fin, en particulier pour sa phrase culte lorsqu'on a pu observé l'oeuvre ...

Gormely travaille sur le corps humain à partir de son propre corps et de l'espace qu'il occupe, s'attachant rarement aux détails anatomiques ... et voilà donc le corps absent ... nommé Sentiment matériel IV, une statue en cerceaux d'aciers laminés :

 


 

Retour index

accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net