Retour index

Article mis en ligne le 4 août 2018.

Retour  la page d'accueil Voir toutes les publications par carte Pour m'crire
Laissez un commentaire Suivre mon actualit sur facebook

La Mer de Glace, Chamonix

 

SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : France
Département : Haute-Savoie
Commune : Chamonix

Voilà longtemps que je voulais voir la célèbre Mer de Glace et l'occasion est enfin venue ... mais peut-être ai-je attendu trop longtemps d'ailleurs ... Voilà un site que j'aurais probablement aimé découvrir il y a une trentaine d'années ... voire même au début du siècle dernier, mais là je n'étais pas née ;)

La Mer de Glace est un glacier situé non loin de Chamonix, accessible depuis la petite gare de Montenvers par un vieux petit train rouge à crémaillère.

D'une superficie de 40 km2 et d'une longueur de 7 km, la Mer de glace est le plus grand glacier de France métropolitaine. Sa largeur varie de 700 à 1 950 mètres et l'épaisseur de la glace est en moyenne de 200 mètres, pouvant dépasser parfois 400 mètres. La Mer de Glace se développe sur 2500 mètres de dénivelé, entre 3900 m et 1400 m d'altitude.

Trois glaciers composent, en s'unissant, la langue terminale de la Mer de Glace. Le glacier de Leschaux, dont les Grandes Jorasses marquent le sommet, le glacier du Tacul, qui réunit la vallée Blanche et le glacier du Géant, et enfin le glacier du Talèfre.

Ce glacier est ainsi le troisième glacier le plus important des Alpes par sa superficie.

"En 1741, deux explorateurs britanniques, William Windham et Richard Pococke, décident depuis Genève de partir à la découverte des « glacières de Savoye ». La région a encore une réputation de sauvagerie et le glacier est encore mal connu. De Chamonix, ils se rendent au Montenvers après quatre ou cinq heures de marche. À la vue du glacier, Windham tente une description : « Il faut s'imaginer un lac agité d'une grosse bise et gelé d'un coup ». C'est ainsi qu'est baptisée la Mer de Glace.
Avant cette date, la plupart des habitants de la vallée ne connaissent que la langue terminale, nommée glacier des Bois, du nom du hameau de Chamonix où elle s'arrête, ou parfois glacier de Montanvert."

C'est presque une tristesse de découvrir ce site en pensant qu'autrefois, la mer aurait été à mes pieds en descendant du petit train, et que là, il me faut descendre presque 150 mètres de marches pour en voir un petit bout.

Certes, bien au loin se dessine encore l'alternance de bandes blanches et noires typiques, avec à mes pieds (enfin, en bas de l'escalier !), le bleu typique du glacier.

"La vitesse d'écoulement de la Mer de Glace est de 120 mètres par an dans sa partie supérieure et de 90 mètres par an dans sa limite inférieure. Les déformations engendrées provoquent des crevasses, des séracs et des bandes de Forbes : ce sont une alternance de stries en forme de chevron dont les pointes sont orientées vers le bas, les bandes claires correspondant à un franchissement hivernal du verrou du glacier du Géant, avec un remplissage de neige, et les bandes foncées à un franchissement estival avec accumulation de débris minéraux et de poussières d'origine éolienne."

La langue est bien loin, on la voit à peine de la terrasse panoramique ... Le glacier est bien là, mais, inexorablement il recule ... à une vitesse impressionnante même pourrait-on dire tellement les petits panneaux "niveau du glacier 19xx" disséminés le long de l'escalier qui rejoint la grotte de glace nous fait comprendre que celui-ci n'est plus ce qu'il était !

Ne faudrait-il pas prolonger la ligne de train et installer une nouvelle gare quelques 500 mètres plus loin ? ^o)

Quand l'on pense qu'autrefois, les touristes venaient traverser la bande de glace !

Ce n'était pas une découverte pour moi cette "disparition", mais on ne peut s'empêcher de penser "quelle tristesse ...".

Sur place, je n'ai trouvé aucune information sur la fonte de ce glacier, comme si il ne fallait pas en parler. La seule chose qui nous le fait comprendre ce sont les panneaux "niveau du glacier" ... 1985, 1990, 2000, 2001, 2003, 2010, 2015, ... qui s'échelonnent au fur et à mesure de la descente, prise de conscience de l'ampleur de cette fonte.

"Au début des années 2000, le glacier perd en moyenne, chaque année, de quatre à six mètres d'épaisseur et une trentaine de mètres en longueur. La perte d'épaisseur est plus rapide en aval du glacier. Entre 1905 et 2005, la Mer de Glace a perdu 120 m d'épaisseur. Depuis 1830, elle a perdu 2,5 km de longueur et plus de 150 m d'épaisseur."

"Au début du 19e siècle, cet immense glacier qui change de nom le long de son parcours (Vallée Blanche, Tacul, Leschaux...) descendait jusqu'au hameau des Bois, dans la vallée de Chamonix, d'où elle est désormais impossible à voir. La glace a en effet reculé d'un peu plus de 2 km depuis 1850 et est cachée derrière une immense falaise. Après une crue glaciaire dans les années 1950 à 1970, la fonte a réellement commencé en 1983.

Depuis cette date, la Mer de glace voit sa masse diminuer chaque année, à de rares exceptions près. D'après les mesures du LGGE, ce recul n'est pas dû à une baisse des précipitations, qui ont peu varié au cours des 40 dernières années. Les quantités de neige tombées à la source du glacier (à environ 4.000 mètres d'altitude) continuent à l'alimenter en quantité suffisante. "C'est la fonte qui a beaucoup augmenté" car "sur les trente dernières années, les températures estivales ont progressé de 1,5°C" sur le Mont-Blanc, souligne Christian Vincent, glaciologue au LGGE.
©Sciences et Avenir, A la Mer de Glace, les touristes constatent les effets du réchauffement

Ci-dessous la vue du glacier vers Chamonix ... on devine son ancienne prestance ...

On pense même que le glacier est "sale", mais il est fait juste recouvert de petits cailloux descendus de la moraine environnante et qui donne cette teinte grise au glacier ... mais pourtant on le devine ci et là par quelques présences de ce bleu si caractéristique des glaciers.

"Au niveau de la zone d'accumulation du complexe glaciaire, en amont de la vallée Blanche, l'épaisseur du manteau neigeux avoisine huit mètres à la fin de l'hiver. En dessous de 4 000 mètres d'altitude, il fond superficiellement dès le début de l'été et l'eau, en s'infiltrant, réchauffe la neige dont les cristaux se transforment en névé, celui-ci représentant six mètres d'épaisseur à la fin de l'été.

Année après année, pendant quinze ans environ, les couches successives de névés deviennent plus denses sous leur propre poids et finissent par se transformer en glace compacte vers trente mètres de profondeur.

L'épaisseur de glace est de 150 mètres environ. Les séracs et la ligne des névés, où la glace nue apparaît à la fin de l'été vers 2 800 mètres d'altitude, marquent la transition avec la zone d'ablation, c'est-à-dire le point où le bilan annuel de la fonte devient plus important que celui de l'accumulation."

Au bas de l'escalier, nous trouvons une grotte de glace, de quoi admirer ce bleu si magnifique ainsi mis en exergue.

Admirer le bleu, et apprécier tout autant la transparence et la limpidité de cette glace ...

 


 

Comment expliquer la fonte de la mer de Glace à Chamonix ? "D'après les études scientifiques menées à la mer de Glace, la principale raison du recul du glacier est le réchauffement climatique en cours.

Sous l'action de la température anormalement élevée, la glace fond inexorablement. La mer de Glace perd ainsi de plus en plus de terrain. En 1870, elle était encore directement observable depuis Chamonix. Aujourd'hui, il faut prendre le train du Montenvers et monter à plus de 1.900 m d'altitude pour la voir de près.

Des estimations sur le devenir de la mer de Glace ont été effectuées à partir des recherches scientifiques de 2008. Il en ressort que sans un refroidissement important du climat, la fonte de la mer de Glace devrait poursuivre son cours actuel. En 2030, la mer de Glace devrait avoir encore reculé de 550 à 1.000 m par rapport à sa position de 2009."
©Futura Sciences, La Mer de Glace à Chamonix va-t-elle disparaître ?

 


 

Retour index

accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net