Retour index

Article mis en ligne le 4 juillet 2018.

Retour  la page d'accueil Voir toutes les publications par carte Pour m'crire
Laissez un commentaire Suivre mon actualit sur facebook

Exposition "Météorites, entre ciel et terre", Paris

 

SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : France
Département : Seine
Commune : Paris

Rapide compte-rendu en images d'une exposition éphémère située au Jardin des Plantes à Paris : l'exposition "météorites, entre ciel et terre". Pour certains, je les entends encore me dire, "bah, encore une expo de cailloux" ... oui, une exposition de "cailloux", mais pas n'importe lesquels quand même, ils viennent de l'espace ceux là ! On n'y va pas tous les jours !!

Ne pouvant moi-même aller ramasser ces quelques "cailloux" sur leur lieu de "création", ni, n'ayant la patience de chercher une pierre parmi toutes les pierres du désert, cette exposition fut la bienvenue, une exposition intéressante, didactique et bien présentée.

De pierres qui semblent banales, on découvre leur histoire, sur Terre, pour leurs découvertes, des fois bien amusantes, et dans l'espace ... leur création il y a de cela bien bien longtemps ... une échelle de temps où l'homme n'est que poussière.

L'exposition devait se terminer en juin 2018, mais a été prolongée jusqu'en janvier 2019, vous avez donc encore un peu de temps pour la découvrir, et, en profiter pour faire le tour des autres galeries de cet imposant musée d'histoires naturelles.

Le dossier de presse, très complet, est consultable ici ou en cliquant sur l'image ci-contre.

 


 

"1001 pièces ... Lors de sa tumultueuse entrée dans l'atmosphère, un météoroïde peut se fragmenter en une myriade de morceaux. Les plus petits sont rapidement freinés par l'air et atteignent le sol en premier tandis que les plus massifs voyagent plus longtemps et donc plus loin. Tous les fragments se répartissent sur une zone, de forme ovale, qui peut couvrir des dizaines de kilomètres carrés. On parle d'ellipse de chute."


Pultusk, Pologne, 30 janvier 1868.
La plus grande pluie de météorites jamais enregistrée.
Des milliers de fragments de quelques grammes à 9 kilos tombent sur une zone de 127 km².
Chondrite ordinaire

Dans la phrase citée au dessus de la photo, il est question de météoroïde. Je ne peux pas vraiment dire que le mot m'était inconnu, mais de là à en connaître sa signification ... à part dire que ça devait être en rapport avec les météorites ... ;)

"Du météoroïde à la météorite ... Un météoroïde arrive sur terre à 70 000 km/h en moyenne. A cette vitesse, la rencontre avec l'atmosphère est pour le moins violente. La surface du météroïde est portée à 1500°C et se consume tandis que l'atmosphère s'embrase à son passage, générant une traînée lumineuse : le météore. Le météoroïde esr considérablement ralenti et achève sa chute à 300 km/h après s'être parfois fragmenté. Sa surface se refroidit et se fige pour former une croûte de fusion. Au court de cette éprouvante traversée, le météroïde a perdu 90% de sa masse."

Le terme « météorite » désigne donc un corps rocheux d'origine extraterrestre qui a survécu à la traversée de l'atmosphère et que l'on retrouve sur le sol. Le schéma ci-dessous vous donne les étapes successives de cette "transformation".

On apprend au cours de l'exposition que beaucoup de météorites sont des météorites en fer, ce qui a donc conduit l'Homme a utilisé cette matière de diverses façons pour son propre usage.


La Caille, météorite de fer, trouvée en 1828, France.
La météorite de Caille a été découverte par un berger au 17ème siècle. D'abord utilisée comme enclume, elle sert ensuite de banc devant l'église du Village. En 1829, le museum le fait transporter à Paris, ofrrant en échange une horloge aux villageois.
Avec ses 626 kilos, il s'agit de la plus grosse météroïte française.


Cape York, trouvée en 1818, Groenland.
Pendant des siècles, les inuits du nord du Groenland ont utilisé des météorites de fer pour fabriquer des harpons, des couteaux ou des aiguilles. En 1894, Robert E. Peary met la main sur la source de fer des inuits : trois énormes morceaux d'une même météorite exploitée depuis des siècles au Groenland. Il met trois ans à rapporter son encombrant butin à New-York : ahnighito (31 tonnes), Woman (3 tonnes) et Dog (800 kg), trois masses de fer aujourd'hui exposées à l'american museum of Natural History de New-York.

N'oublions pas que tout ce qui tombe du ciel fut bien souvent signe de message divin. Les légendes diffèrent selon les peuplades et/ou régions ... J'apprécie particulièrement la signification que leur donnait la civilisation méso-américaine ... poétique !!

"Pour certaines civilisations méso-américaines, les étoiles filantes étaient considérées comme de l'urine divine et les météorites comme les excréments des Dieux."

"Le 7 novembre 1492, une lumière éblouissante déchire le ciel alsacien. La "pierre du tonnerre" atterrit dans un champ de blé de la localité d’Ensisheim. Elle est récupérée par les villageois et prudemment enchaînée dans l’église. Pour les contemporains, ce message divin qui a percé les nuages est susceptible de redécoller à tout moment pour retourner à son Créateur ..."


Tamentit, Algérie, météorite de fer.
La météorite de Tamentit serait tombée au 14ème siècle, près de l'oasis du même nom dans le sud algérien. Lorsqu'elle est arrivée sur terre, elle aurait été faite d'or. Agacée par les disputes incessantes des hommes, une divinité l'aurait transformée d'abord en argent puis en fer.


Coahuila, Mexique, météorite de fer.


Chupaderos, Mexique, météorite de fer.

Souvent en fer, mais pas que ... "Coeur de fer ... Les météorites de fer, comptant pour 5% des chutes de météorites, sont des fragments du noyau d'un astéroïde différencié, originellement enfoui sous des dizaines, voire des centaines de kilomètres de roches. Certains noyaux ont été mis à jour par de gigantesques collisions qui ont brisé leurs astéroïdes-parents au début de l'histoire du système solaire. Après des milliards d'années dans l'espace, d'autres collisions ont arraché des fragments de ces noyaux mis à nu et ont pris la direction de la Terre."

Les météorites mixtes qui allient métal et roches sont de véritables bijoux extraterrestres. Elles doivent leur nature unique à un violent impact entre un astéroïde métallique et un astéroïde rocheux. Ces roches exceptionnelles ne représentent que 1% de toutes les météorites.


Mundrabilla, Australie, météorite de fer.

"20% des météorites de fer ne proviennent pas des noyaux astéroïdaux mais sont issues d'un processus de fusion plus local. Lors d'une collision entre deux asteroïdes, le fer de l'un peut fondre et se rassembler par endroits pour former de magnifiques poches de métal." Cf Mundrabilla.

Rappelons-le ... un asteroïde est un reste d'un ou de plusieurs embryons de planètes. La plupart des astéroïdes gravitent entre Mars et la planète géante, au sein de la «ceinture principale d’astéroïdes», entre 330 et 500 millions de kilomètres du Soleil.

Le phénomène de différenciation : Ce phénomène se produit lorsque certains corps prenant des dimensions importantes s'accrétionnent jusqu'à devenir une masse critique. Les éléments radioactifs qu'ils contiennent produisent de la chaleur qui fond la matière, c'est à ce stade qu'à lieu a différenciation, les éléments lourds migrent vers le cœur du planétoïde et les plus légers en surface formeront une croute, en se refroidissant.


Krasnoiarsk, Russie, Tombée en 1749, Météorite mixte (Pallasite).


Verre libyque, Désert Libyque
Cet étrange verre, originaire de la "grande mer de sable" en Libye, a probablement été formé par l'explosion d'un bolide extraterrestre, dont l'onde de choc a vitrifié le sable du désert. Cet événement aurait eu lieu il y a 28 millions d'années. Cet échantillon de 26 kg est le plus gros connu.

"Un si beau verre ... Les collisions extraterrestres les plus violentes expulsent les roches terrestres, fondues par l'impact, jusque dans la haute atmosphère et parfois même dans l'espace. Durant leur vol, elles se solidifient, formant des objets vitreux aux formes aérodynamiques. Appelés tectiques, ces morceaux de verre peuvent retomber jusqu'à des milliers de kilomètres de leur cratère source. On connait aujourd'hui sur terre cinq champs de tectites créés par cinq impacts différents. Les champs de tectiques des australasites couvrent 15% de la surface du globe ! "


Indochinite, pierre sacrée, 8ème siècle, Cambodge.
Cette tectique a été exhumée d'un temple au Cambodge. Il est probable que cette pierre ait eu une signification religieuse pour les anciens khmers.


Deux échantillons de chondrite ordinaire.
14. Kernouvé, France, tombée en 1869.
Quand ils retrouvent la météorite qui a illuminé le ciel en tombant le 22 mai 1869, des habitants du Morbihan pensent avoir affaire à un morceau de Lune. Chacun en aurait remporté un morceau en guise de porte-bonheur, après avoir cassé la météorité à coup de masse.
15. Sainte-Marguerite, France, tombée en 1962.


Bencubbin, Australie. Chondrite carbonée.


Esquel, Argentine. Météorite mixte (pallasine).
Avec ses grains d'olivine se détachant sur fond de fer, Esquel est considérée comme l'une des plus belles météorites au Monde. Les scientifiques pensent aujourd'hui que ce trésor extraterrestre s'est formée à la suite d'une collision entre le noyau de fer d'un asteroïde différencié et le manteau d'un autre astérroïde.


Pena Blanca Spring, Etats-Unis, tombée en 1946.
Pena Blance Spring est une achondrite de type aubrite. Ces météorites blanches comme du marbre sont des roches magmatiques. On n'a jamais pu identifier l'astéroïde dont elles proviennent.


Tierra blanca, Etats-Unis.
Tierra blanca fait partie d'un groupe très rare (moins de 0,1% des chutes) de météorites : les winonaïtes. Elles proviennent d'astéroïdes partiellement fondus. On aperçoit dans ces roches des traces fantômes de chondres, sur le point de disparaitre sous l'action de la chaleur.

Les chondres sont des petites billes de roches et de métal que l'on trouve uniquement dans les chondrites. absents des roches terrestres et des météorites différenciées, ils se sont formés très tôt dans le disque protoplanétaire autour du soleil en formation. Ils sont la première étape d'un long processus d'agglomération qui donne naissance aux planètes.

"Météorites lunaires et martiennes ... Ce sont peut-être les plus précieuses des météorites et parmi les plus rares. Près de 200 météorites proviennent de la planète rouge, et plus de 300 de la Lune. Dans l'attente d'hypothétiques missions de retour d'échantillons martiens, les météorites martiennes offrent une chance unique de comprendre les similarités et les différences entre la Terre et sa cousine Mars. Les météorites lunaires permettent d'avoir accès à des régions de la Lune non explorées par les missions Apollo. "


4. shergotty, tombée en 1865, Inde, Achondrite martienne (shergottite).
3. Nakhla, tombée en 1911, Egypte, Achondrite martienne (Nakhlite).
2. Chassigny, tombée en 1815, France, martienne (Nakhlite).

"Le 2 octobre 1815, dans un bruit de canon, un bout de la planète Mars s'abat près de la commune de Chassigny (Haute-Marne, France). A la fin des années 1970, elle devient le groupe C des météorites martiennes SNC (shergottite, Nakhlites, Chassignites). A ce jour, on ne dénombre que 3 chassignites, dont Chassigny est la seule chute observée. Sa valeur scientifique est inestimable."


Naryilco, Australie, chondrite ordinaire.


Portales Valley, Etats-Unis, tombée en 1998, Chondrite ordinaire.
Tombée au Nouveau-Mexique le 13 juin 1998, cette chondrite ordinaire porte encore les traces de son histoire mouvementée. Ses veines de métal ont été formées lorsque le fer contenu dans son astéroïde-parent a fondu, à la suite d'un violent impact avec un autre astéroïde.


Juvinas, France, tombée en 1821, achondrite de Vesta (Eucrite).
Juvinas est une météorite provenant de la croûte de l'astéroïde Vesta, expulsée de l'astéroïde-parent il y a 10 millions d'années.


Béréba, Burkina Faso, tombée en 1924, achondrite de Vesta (Eucrite).
Bereba, tout comme Juvinas est une météorite provenant de la croûte de l'astéroïde Vesta, expulsée de l'astéroïde-parent il y a 25 millions d'années.


Quelques météorites mixtes


Springwater, Canada.
Les pallasites (météorites mixtes) ne sont pas seulement de jolis specimens. Constitués d'un assemblage de métal et d'olivine, elles résultent de l'impact entre un astéroïde métallique et le fragment d'un manteau d'un autre gros astéroïde. Ce sont les rares échantillons de manteau d'astéroïde dont nous disposons.

 


 

Retour index

accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net