Retour index

Retour  la page d'accueil Voir toutes les publications par carte Pour m'crire
Laissez un commentaire Suivez mon actualit sur facebook

Le fondry des chiens

 

SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : Belgique
Province : Namur
Commune : Nismes

Deuxième visite sur ce lieu très caractéristique : le fondry des chiens. Fondry comme fondrerie ? Déformation belge ? Il est temps d'en savoir un peu plus :)

Le Fondry des Chiens est un gouffre naturel. D'une vingtaine de mètres de profondeur, il s'ouvre au ras du sol sur un plateau découvert, dans la réserve naturelle domaniale du Viroin.

Les premières vues du site ressemblent à une terre déchirée en deux, et petit à petit les entrailles se dévoilent.

Ce gouffre est le résultat de l’érosion chimique du calcaire par le vent et les eaux. On se demande d'ailleurs quand certaines pierres vont lâcher ... Ne vous reposez pas en dessous !

Tel que décrit sur les panneaux d'information présents sur le site : le "fondry" est un phénomène exceptionnel de géomorphologie karstique. Je vous ai perdu à geomorphologie ou karstique ?
En bref, la geomorphologie, c'est l'étude des reliefs, et le karst est un mot allemand qui désigne un type bien particulier de relief formé dans des structures calcaires.

Il y a environ 350 millions d'années (ça ne nous rajeunit pas !), la mer arrivait jusqu'ici. L'eau recouvre alors la roche calcaire et des sédiments sableux s'y déposent. Puis la mer se retire. Le climat devient tropical : chaud et humide. Sous le sable, le calcaire se dissout peu à peu, ce qui forme des poches dans lesquelles les dépôts marins s'enfoncent, laissant le paysage que l'on connait à peu près aujourd'hui, des roches creusées sur un sol sableux.

Les géologues appellent ce secteur la "Calestienne", une région géographique "coincée" entre, d'une part, les Ardennes françaises au Sud et les Ardennes belges au Sud-Est et d'autre part la Famenne et le Condroz au Nord. C'est une bande d'à peine 10 kilomètres de large sur plus de 120 kilomètres de long.

Le célèbre site touristique de Nismes en Entre-Sambre-etMeuse, appelé Fondry des Chiens représente une des plus belles formes de géomorphologie karstique de surface, un paléogouffre (gouffre formé dès l'exhumation des terrains encaissants).
Avec d'autres relativement proches mais de beaucoup moins spectaculaires, ces paléogouffres constituent les "abannets" de Nismes, terme spécifique à la région, pour désigner ces cavités remblayées naturellement de terrains meubles sablo-argileux, évidés totalement ou partiellement dès le début de l'occupation humaine pour en extraire le sable et le minerai de fer accumulé au fond des cavités.
Leur toponymie s'explique, selon une hypothèse d'historien, comme étant des lieux "à bannir" autrefois, vu le danger qu'ils représentaient peur les troupeaux qui paissaient les pelouses calcicoles de ces régions.

[...] Le Fondry des Chiens est donc bien un paléogouffre ayant eu une très longue histoire géomorphologique après celle encore plus longue des terrains géologiques calcaires dans lesquels il est modelé, mais ses formes les plus spectaculaires ayant contribué à lui donner son nom, sont bien les chicots émoussés aux allures variées issues d'une cryptokarstiflcation en lapiés.

L'origine du mot "fondry" proviendrait soit du terme "effondrement de gros blocs calcaires", soit du lieu ou l’on faisait fondre le minerai de fer.

Certains de ces fondry ont été exploités pour ce sable très riche en minerai de fer. On les appelle aussi "abannets", car il fallait en bannir le bétail. Les Celtes auraient d'abord exploité les sédiments chargés de limonite, un minerai de fer pauvre, qui se trouvait sous les terres.

Mais pourquoi fondry "des chiens" ? C'est ici que la légende et l'Histoire se mélangent. Selon la légende, c'est dans ces rochers qu'aurait chuté la meute de chiens du Chevalier errant. On raconte aussi que c'est à cet endroit que les gens du pays venaient jeter les cadavres de chiens et autres animaux domestiques.


Ne dirait-on pas un croc au centre ?


Le soleil se couche

La légende du chasseur maudit

Au début du XVIIIème siècle vit à Vierves un seigneur passionné de chasse.
Il se met en tête d’aller chasser le 2 novembre, jour des morts. Il quitte le château avec ses chiens.
Sur sa route, Il croise un curé qui lui rappelle que toute chasse est interdite ce jour là. On doit laisser le passage libre pour les âmes égarées !
Le seigneur ordonne à ses chiens d’attaquer le curé. Ensuite ignorant ses recommandations, il reprend sa route et chasse pendant des heures. Quant tout à coup, il tombe dans un gouffre et meurt.
Depuis chaque année, le 2 novembre, on entend le cor de chasse du seigneur aux alentours du Fondry des chiens.

 


 

Source :
EcoKarst n°46 - oct. 2001.

 


 

Retour index

accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net