Retour index
Fontaine intermittente de Fontestorbes

Près du château de Montsegur, découverte complétement par hasard d'une curiosité naturelle unique : la fontaine intermittente de Fontestorbes.

La fontaine est surnommée la « Reine des fontaines intermittentes » ; c’est un site classé depuis le 10 février 1921.

Le phénonème :
Vous trouverez l'explication du phénonème près de l'hôtel de ville de Bélesta dans l'Ariège.

Située dans la vallée de l’Hers, au sein d’une région calcaire, Fontestorbes est une résurgence d’une partie des eaux du plateau de Sault qui s’étend à cheval sur les départements de l’Ariège et de l’Aude. En période d’étiage, le phénomène est spectaculaire : en 40 minutes, on passe d’un débit maximum de 1.8 m3/s à un écoulement presque nul. On revient ensuite au maximum des eaux en 21 minutes, en moyenne.
Ce phénonème est surtout visible entre juillet et décembre.

Durant les périodes de basses eaux, le débit continue grâce aux réserves noyées de la fontaine qui sont d’environ 30 millions de m3.

En fait, les variations d’écoulement dépendent du débit d’alimentation de la source.

Il s’agit d’un réservoir vidangé par une galerie sur laquelle débouche un second conduit de prise d’air, lui-même en relation avec le réservoir, et dont les deux extrémités sont situées au même niveau. Ces deux extrémités étant sur le même plan, il n’existe entre elles aucune pression.
En revanche, lors du passage dans la galerie de vidange se crée une dépression qui va aspirer l’air. Ainsi, dès que le débit de vidange est supérieur au débit de remplissage, le niveau baisse dans le réservoir. La prise d’air qui s’effectue alors introduit celui-ci par inspiration, dans la conduite de vidange. L’intrusion de cet air dans la galerie de vidange entraîne une diminution du débit, qui devient inférieur à celui du remplissage. Le niveau remonte alors dans le réservoir, jusqu’à ce que la prise d’air disparaisse. Le débit de vidange redevient ce qu’il était.

Ce phénomène unique n’a pu exister que par hasard ; la source a rencontré une roche plus dure. Elle l’a contournée et les deux galeries se sont rejointes au même niveau.

A environ 1 km au sud-est, entre Fontestorbes et l’intermittence, se trouve le gouffre de Caoujous qu'on soupçonne de jouer le rôle d’appel d’air. Il est constitué d’une succession de puits conduisant à une galerie dont chaque extrémité débouche sur un plan d’eau.

L'origine du nom :
Plusieurs théories s’affrontent quant à l’origine du nom de Fontestorbes: ce serait tantôt Fons Turbatus (fontaine dérangée), tantôt Fontes Orbi (source sans eau). L’explication la plus vraisemblable semble toutefois être Fount Estorbo qui signifie, en Occitan, source encombrée.

La légende :
Comme beaucoup de curiosités naturelles aux caractériqtiques particulières, on y trouve une légende associée.

Ici, la légende raconte que Fontestorbes abritait une grotte aujourd’hui obstruée. Cette grotte servait autrefois d’habitation à des fées bienfaisantes, les Enchantées.

La nuit, elles lavaient leur linge à l’aide de battoirs en or, ce qui expliquait le bruit assourdissant qui sort des entrailles de la fontaine.

Angèle, une jeune fermière nouvellement mariée, habitait près de la source à la métairie des Perrets. Sur l’invitation de l’une des fées, elle mit son enfant au monde dans la grotte. En échange de sa confiance, la fée lui offrit une baguette magique en or qui exauçait tous ses voeux.

Elle profita de ses bienfaits toute sa vie durant mais, à sa mort, ses enfants héritiers de la baguette, voulurent tous la posséder. Un pugilat s’ensuivit. Dans l’échauffourée, la baguette se brisa et les morceaux redevinrent de simples bouts de bois, sans aucun pouvoir magique.


Nota sur copyright : la photo de la fontaine à grandes eaux ci-dessus provient de wikipedia, les autres sont personnelles

Retour index