Retour  la page d'accueil Voir toutes les publications par carte Pour m'crire
Laissez un commentaire Suivez mon actualit sur facebook
Retour index

Cairn de Barnenez

 

Il n'y a pas de cairn, dolmen, tumulus ou autres monuments mégalithiques en Bretagne qui ne soient pas hautement documentés et/ou accompagnés de sa légende.
SITUATION GEOGRAPHIQUE
Pays : France
Département : Finistère
Commune : Plouezoc'h
Cette escapade de plusieurs jours en Bretagne nous a permis d'en découvrir plus d'un sur lesquels je n'apporterai malheureusement peu d'informations nouvelles. Cependant, j'ai pris plaisir à les découvrir, et donc je vous les partage.

Le cairn de Barnenez n'est ni plus ni moins qualifié de "plus grand mausolée mégalithique d'Europe", notamment par l'office de tourisme de Bretagne qui nous donne cette introduction :

Le cairn de Barnenez, dominant la mer, le cairn de Barnenez est impressionnant. Témoignage de la présence d’une importante population en Bretagne plusieurs millénaires avant notre ère, le site offre une vue imprenable sur l’anse de Térénez et la baie de Morlaix. Pas besoin d’être un adepte d’architecture néolithique pour succomber au site de Barnenez ! Fièrement dressé sur une colline dominant la mer, ce Cairn (qui signifie en irlandais « tas de pierres ») ne vous laissera pas indifférent.

Nous sommes donc ici en présence de la plus ancienne construction mégalithique continentale connue. La partie la plus ancienne de ce tumulus en pierres sèches daterait de 4850–4450 av. J.-C.

Le cairn de Barnenez est un site mégalithique situé sur une colline de la presqu'île de Kernéléhen dans la commune de Plouezoc'h. Dressé sur une colline rase dominant la mer, sur la rive droite de l'embouchure de la rivière de Morlaix, ce monument mesure 70m de long, 25m de large et 9m de haut dans sa partie occidentale, et constitue un promontoire à près de 40 mètres au dessus du niveau de la Manche.

Ce cairn a particulièrement retenu mon attention par sa dimension, tout simplement impressionnante. Le seul "cairn" que je connaissais alors était un tumulus normand, le tumulus de Colombier-sur-Seulles dans le Calvados.

Mais au fait ... cairn ou tumulus ?

Un tumulus est un tertre fait de terre et de pierres servant à recouvrir une sépulture. La sépulture cachée par le tumulus peut être un simple dépôt d'ossements ou une chambre sépulcrale plus élaborée.

Les tumuli sont rares car l'érosion et l'action de l'homme les ont effacés.

Si la sépulture n'est recouverte que de pierres (et non de terre), il s'agit alors d'un cairn.

Le cairn de Barnenez, totalement fait de pierres, est en fait un double cairn, édifié en deux étapes, groupant onze dolmens composant autant de chambres funéraires. Dix d'entre elles sont complètement recouvertes et l'on y accède après un couloir (de 7 à 12 mètres) de pierres sèches recouvert de dalles horizontales. Son volume global est estimé dans une fourchette entre 6 500 et 7 000 mètres cubes et son poids entre 12 000 et 14 000 tonnes.


(C)Bretagne n°166 (avril 2013) - Barnenez, fabuleux tumulus

Le premier, édifié à l'est, en dolérite, est un tumulus trapézoidal englobant cinq dolmens à couloir. Toutes les entrées de ces couloirs sont orientées au sud-est.

Il fut flanqué à l'ouest d'un deuxième tertre (en granite) qui abrite six autres dolmens. Ceux-ci, ayant conservé leur forme encorbellée, appartiennent au type des dolmens à couloir armoricains, les plus anciens monuments mégalithiques.

Chacune des pièces est décorée par des symboles d'outils (haches), d'armes et d'animaux. On retrouve aussi sur les parois la répétition de la forme U.

Alors que la Bretagne regorge de fées, elfes ou autres personnages fantastiques, ce cairn n'a aucune légende ... Est-ce parce qu'il fut longtemps oublié ?

"Il existe, en effet, peu d’écrits et encore moins d’histoires sur ce monument, l’un des plus anciens mausolées connus au monde, puisqu'édifié plus de 2000 ans avant les pyramides d’Égypte.

Depuis la nuit des temps, il était enfoui sous la végétation, jusqu’au jour où il a bien failli disparaître à cause d’un entrepreneur peu scrupuleux qui, en 1954, y a vu une superbe carrière de pierres."

Le monument échappe donc à la destruction, mais il a aussi échappé aux légendes de nos ancêtres et cela est, je trouve, bien dommage !


(C) Editions du Patrimoine, CMN 2009


(C) Editions du Patrimoine, CMN 2009

 


 

Retour index

accueil accueil toutes les publications par carte mailto:photos@piganl.net