Retour index
La batterie d'Azeville

Dès fois je me demande ce qu'il y aurait à visiter en Normandie s'il n'y avait pas eu le débarquement.

Ce week-end là, nous en avons visité les deux batteries de Saint-Marcouf : Azeville et Crisbecq.

Quatre casemates
La batterie d'Azeville est l'une des premières constructions du Mur de l'Atlantique en France. Elle est pourvue de quatre casemates qui étaient équipées de canons de 105mm Schneider.


Ci-dessus les les 4 casemates alignées (la dernière se cache complétement à droite de la photo derrière l'arbre)

Les quatre casemates sont alignées et reliées entre elles par un long souterrain de 350m
Une des casemates étaient surmontées d'un encuvement pour une pièce anti-aérienne.

Les casemates servaient d'abri à 170 hommes. Construit dans les premiers temps de la guerre où elle ne servit donc à rien, elle subit quelques aménagements de "luxe" tels une piscine et un casino (ou pièce de joie) dont ils ne restent que quelques arases.

Le casino
La piscine


Casemate n°1

Casemate n°3

Casemate n°2

Casemate n°4
Au débarquement
Cette batterie avait la particularité, contrairement à peu près toutes ces consoeurs, de ne pas avoir vue sur la mer. Elle couvrait le littoral manchois depuis l'intérieur des terres.

C'est l'une des batteries qui entra en fonction dès la nuit du débarquement du 5 au 6 juin car un groupe de parachutistes tenta de la prendre. Elle fut également une des batteries qui pilonna Utah Beach.

Elle sera prise le 9 juin après d'intenses combats et de nombreux rebondissements, dont des tirs sur la batterie voisine de Crisbecq à la demande du commandant allemand de cette dernière qui cherchait à mettre en recul les américains qui essayaient d'en prendre le contrôle.

Elle subit également les assauts du cuirassé USS Nevada dont un des obus de 356mm traversa une des casemates de part en part (l'obus n'explosa pas).

Sur ces 3 photos, on peut voir les différents trous laissés par l'obus : l'entrée par la salle où se tenait les canons (la photo avec les pots de peinture qui ne sont pas d'époque !), la deuxième dans la salle de commandement, et la troisième l'entrée de la casemate. L'obus a en effet complétement traverser la casemate en rebondissant sur les murs et le sol.

Pour la petite histoire, les pots de peinture sont là, car le musée a entrepris de décorer les murs d'une des casemates afin de le rendre identique à l'époque. Les différentes casemates d'Azeville étant en effet toutes peintes pour faire croire qu'il s'agissait de maison d'habitation.

Retour index